La reproduction par semis de graines

Article publié , mis à jour , dans Semis, Semences, Sciences agricoles.

Le semis est l'unique mode de reproduction sexuée, qui permet la production d'individus uniques et différents. Ce procédé fait intervenir les fleurs, qui sont les organes reproducteurs des plantes supérieures.

Principe

Les plantes se reproduisant par graines sont appelés phanérogames ou spermaphytes. L'embranchement des spermaphytes regroupe deux sous-embranchements à savoir celui des gymnospermes (plantes à graines nues) et celui des angiospermes (plantes à fleurs). Les conifÚres, par exemple sont des gymnospermes. Les angiospermes représentent à eux seuls 70% des espÚces de végétaux. Lors de la fécondation un grain de pollen et un ovule fusionnent pour donner naissance à une graine dans laquelle se trouve un embryon, qui évoluera pour donner naissance à une nouvelle plante lorsque certaines conditions seront réunies. Lors de la reproduction sexuée, on assiste à une réorganisation du matériel génétique. L'individu issu d'une reproduction sexuée est unique et génétiquement différent des parents qui lui ont donné naissance. En fonction de la provenance des grains de pollen destinés à féconder les ovules, on distingue :

Les plantes autogames

Les plantes autogames s'autofĂ©condent. Le pollen qui fĂ©conde les ovules provient de la plante elle-mĂȘme. Des dispositifs naturels empĂȘchent gĂ©nĂ©ralement que du pollen Ă©tranger puisse se poser sur les stigmates. Chez certaines plantes comme le riz, les ovules sont fĂ©condĂ©es avant mĂȘme que la fleur ne s'ouvre. Au nombre des plantes autogames, on retrouve l'aubergine, la tomate et le poivron cultivĂ©s en climats tempĂ©rĂ©s.

Les plantes allogames

Chez les plantes allogames, le pollen destinĂ© Ă  fĂ©conder les ovules provient d'une autre plante. De nombreux dispositifs empĂȘchent que le pollen d'une plante puisse fĂ©conder les ovules de la mĂȘme plante. A leur nombre, on retrouve le phĂ©nomĂšne d'incompatibilitĂ© et diffĂ©rentes architectures florales destinĂ©es Ă  empĂȘcher que le pollen de la plante puisse se poser sur les stigmates. La betterave, l'Ă©pinard et la carotte sont des exemples de plantes allogames.

Avantages de la reproduction sexuée

Cette forme de reproduction permet une grande variabilité génétique. Le croisement d'individus possédant différents caractÚres permet d'obtenir des plantes plus productives et plus performantes. La reproduction sexuée freine l'érosion génétique chez les espÚces végétales. Cette richesse génétique aide grandement les améliorateurs dans leur tùche. De plus, la reproduction sexuée permet aux plantes de mieux s'adapter aux variations du milieu de culture.

Inconvénients

La reproduction sexuĂ©e peut constituer un problĂšme lorsqu'on souhaite conserver les caractĂšres d'un vĂ©gĂ©tal intĂ©ressant. La pollinisation se faisant de façon alĂ©atoire, il est quasiment impossible que les graines issues d'une plante conservent tous ses caractĂšres gĂ©nĂ©tiques. Les agriculteurs qui semaient les graines issues de la rĂ©colte d'une variĂ©tĂ© amĂ©liorĂ©e se sont vite rendu compte qu'ils n'avaient pas la mĂȘme productivitĂ©. Ce sont ces limites, qui ont conduit au dĂ©veloppement de techniques de multiplication vĂ©gĂ©tative (greffage, ...).

Poser une question

Vous n'ĂȘtes pas connectĂ©. Vous pouvez quand mĂȘme poster une question, elle vous sera attribuĂ©e si vous dĂ©cidez de vous connecter ultĂ©rieurement.