AGRONEO

Labour, retourner la terre pour la labourer

Article publié , mis à jour . Par et .

Le labour est une technique agricole consistant à ouvrir et à retourner la couche arable du sol en vue de l'ensemencer. Ce travail du sol est effectué à l'aide d'une charrue mue par des animaux ou par un tracteur. La profondeur du labour varie de 20 cm pour les labours légers à 40 cm pour les labours profonds.

Rôle assigné au labour

La première fonction du labour est le retournement de la partie superficielle du sol. Il ramène à la surface les minéraux lessivés, tout en enterrant les mauvaises herbes et les résidus des cultures précédentes. Le labour pourvoit à la culture un lit de semis indemne de toute semence d'adventices. En ameublissant et en aérant le sol, le labour favorise la germination et la levée des plantules. Dans les méthodes modernes, le labour est suivi d'un hersage dont le but est de casser les grosses mottes de terre.

Histoire du labour

Les premières charrues sont au départ tractées par des hommes, mais le labour n'acquiert son efficience qu'avec le concours des animaux de trait. Les premiers animaux à prendre le service sont sans aucun doute les taureaux. Plus tard, les chevaux puis les mulets sont associés à la traction des charrues. Lors de la révolution industrielle, les machines à vapeur remplacèrent les animaux, mais celles-ci furent rapidement supplantées par les moteurs à explosion.

Avantages du labour

Le labour comporte plusieurs avantages dont :

  • L'aération et la restructuration du sol
  • Le contrôle de l'enherbement notamment des adventices pérennes
  • L'enrichissement du sol en matière organique par l'enfouissement des résidus de récolte
  • Lutte contre les ravageurs des cultures par la destruction de leurs nids et habitats
  • Augmentation du nombre de vers de terres endogés
  • Lutte contre les pathologies végétales par la cassure des cycles de reproduction des pathogènes

Inconvénients liés au labour

Le labour, en dépit de ses effets bénéfiques présente quelques inconvénients dont :

  • La fragilisation du sol par une plus grande exposition à l'érosion
  • La compaction des couches profondes du sol par la création de semelles de labour
  • L'altération et la diminution de la matière organique en surface
  • L'érosion de la biodiversité du sol par une diminution des microorganismes et des petits animaux bénéfiques du sol
  • La création de conditions anaérobies pouvant favoriser la destruction des champignons bénéfiques et la prolifération de nématodes nuisibles aux cultures.
  • La réduction de l'humidité du sol

Ces inconvénients ont conduit au développement de techniques culturales sans labour.

Techniques agricoles sans labour

Les techniques culturales simplifiées, en abrégé TCS sont des techniques agricoles visant à limiter, voire supprimer le travail du sol. Ces techniques ont recours à des méthodes telles que le semis direct sous couvert végétal et les rotations de cultures. Les couverts végétaux, utilisés dans ce cas, sont constitués de plantes améliorantes du sol telles que les légumineuses. Ces techniques sont notamment adaptées aux régions tropicales humides où les labours continus aboutissent à des effets désastreux. Ces techniques font toute partie de l'agriculture de conservation ou agriculture écologiquement intensive.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.