Techniques culturales sans labour

Article publié , mis à jour , dans Techniques biologiques.

Le labour entraîne la dégradation et l'appauvrissement des sols cultivables. Forts de ce constat, les agriculteurs ont, de plus en plus, recours aux techniques culturales simplifiées. Conçues en Amérique du sud, ces techniques connaissent, depuis des décennies, un essor considérable en Europe.

Définition

Les techniques culturales simplifiées (TCS) ou techniques culturales sans labour sont des méthodes de travail permettant de limiter le travail du sol. Les techniques culturales simplifiées se présentent en fait sous diverses formes dont notamment :

  • Le semis direct qui consiste à semer sans passer par le travail préalable du sol, ni par la réalisation de pépinière.
  • Le décompactage, un travail profond sans retournement du sol
  • le déchaumage, qui est réalisé après la récolte avec des outils à dents ou à disque, à une profondeur de 10 à 15 cm. Sa fonction principale est d'homogénéiser la répartition des résidus de culture et des adventices présents à la surface du sol.

Mise en Å“uvre

La mise en œuvre des techniques culturales simplifiées exige la réunion d'un certain nombre de conditions. Le principe fondamental de toute technique culturale simplifiée réside en l'absence de labour. L'application de ces méthodes passe par un travail superficiel des sols afin d'assurer leur conservation. Cependant, la préservation de la structure du sol est nécessaire à la réussite du non labour. Un sol déstructuré ne retrouvera pas sa structure avec l'application d'une technique culturale simplifiée. Il faut donc préserver la structure du sol. En outre, l'application des techniques culturales simplifiées implique notamment une bonne rotation des cultures. La monoculture est quasiment incompatible avec un travail réalisé en techniques culturales simplifiées. En effet, cela aurait pour effet de favoriser l'invasion du champ par les mauvaises herbes, les ravageurs et les parasites.

Les effets

Les techniques culturales simplifiées impactent un grand nombre de paramètres au niveau de l'exploitation agricole.

Impacts sur l'environnement

En préconisant de laisser les débris végétaux dans les champs, les TCS permettent de lutter contre l'érosion. En outre, cette couverture du sol par des débris favorise tant la fertilisation du sol que le développement de la microfaune, et notamment des vers de terre, qui rendent la terre meuble dans l'intérêt de l'agriculteur. Par ailleurs, des études menées ont permis de constater que l'utilisation des techniques culturales simplifiées permet de réduire jusqu'à 40 % la consommation en carburant et par conséquent les émissions de dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre.

Cependant le non labour peut provoquer une invasion d'adventices et de ravageurs. Et pour lutter contre ceux-ci, l'agriculteur est souvent contraint à une surconsommation en herbicides et en pesticides, qui ont des effets pervers sur l'environnement.

Impacts économiques

Les avantages économiques du non labour sont :

  • la réduction du temps de travail
  • la réalisation d'économie par la réduction des charges en carburant, en matériel de mécanisation, en main d'Å“uvre

Ces avantages sont cependant plombés par le recours aux herbicides. En effet, les techniques culturales simplifiées se caractérisent par le non labour. Et pour l'enherbement, l'agriculteur doit acheter des quantités importantes d'herbicides. Or le coût de ces produits chimiques ne cesse de croître au fil des années. Et l'augmentation des coûts de production peut réduire le rendement en termes de bénéfice.

En agriculture moderne, la méthode du strip-till est une formidable application des TES.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.