AGRONEO

Bouturage, reproduction par bouture

Article publié , mis à jour . Par .

Le bouturage est un mode de reproduction, consistant à obtenir une nouvelle plante à partir d'un fragment d'organe prélevé sur une autre plante. La nouvelle plante est un clone génétiquement identique au plant de départ. Divers organes peuvent être utilisés pour le bouturage dont des racines, des tubercules, des tiges et même des fragments de feuilles.

Techniques de bouturage

Théoriquement toutes les plantes peuvent se reproduire de cette façon. Toutefois, dans la pratique cela est différent, car certaines plantes telles que le saule se bouturent avec facilité tandis que d'autres s'y prêtent difficilement.

Le principe du bouturage est simple. Un fragment d'organe est mis en terre puis arrosé. Au bout d'un délai, variable selon les espèces, ce fragment d'organe émet des racines et des feuilles puis évolue vers une nouvelle plante. Divers types de bouturage existent dont :

  • Le bouturage d'espèces herbacées se pratique sur des espèces non ligneuses telles que la lavande, le chrysanthème, le lilas.
  • Le bouturage de tubercules est pratiqué sur l'igname. Les tubercules sont fragmentés puis mis à germer dans des buttes
  • Le bouturage sur bois tendre, lui se pratique sur des rameaux encore verts. Il faudra notamment veiller à ce que les rameaux non aoûtés ne se dessèchent pas.
  • Le bouturage à l'étouffée se pratique sous une cloche ou dans une bouteille translucide. Elle est adaptée aux espèces difficiles à bouturée. En effet la cloche maintient un taux d'humidité proche de 100%.
  • Le bouturage sur bois aouté est pratiqué sur des rameaux dormants. Le bois, dans se cas, est dur et ne plie pas.
  • Le bouturage semi-aouté est effectué sur des rameaux dur à la base, mais encore tendre à l'extrémité.
  • Le bouturage de feuilles est pratiqué sur des plantes telles que les cactacées, le bégonia et les nénuphars.

Comment réussir un bouturage

Pour les rameaux et les tiges, il faudra veiller à ce qu'ils portent des yeux. C'est à partir de ceux-ci que les premiers bourgeons seront émis. Les boutures prélevées devront être rapidement mis en terre afin d'éviter qu'elles se déshydratent. De plus, un taux d'humidité élevé devra être maintenu pour favoriser un départ rapide. Il faudra toutefois veiller à éviter les excès car ils peuvent entraîner la pourriture des boutures. Afin de favoriser l'apparition de racines, on peut pulvériser une solution d'auxine sur la base des boutures. En effet, l'auxine est une hormone végétale qui favorise la rhizogénèse.

Périodes de bouturage

La période de bouturage est soumise à trois facteurs dont, l'utilisation voulue, l'espèce à bouturer et le type de bouturage désiré. Les espèces à feuilles se bouturent de façon optimale en juin. La période automne-hiver est, quant à elle, plus propice aux bouturages sur bois aoûté. Les conifères, de leur côté, préfèrent la saison hivernale.

Les espèces les plus faciles à bouturer

Le meilleur de tous est sans contestation le saule. Après lui, viennent les cactacées, qui peuvent produire un nouveau plant à partir d'un fragment de feuille. L'olivier se prête également bien au bouturage. En effet, bout de souche est suffisant pour le bouturer. La vigne, le figuier et le groseillier font partie des espèces fruitières les plus faciles à bouturer. Les espèces du genre Ficus et l'hysope sont également des plantes qui s'y prêtent aisément.

Avantages et inconvénients du bouturage

Comparé au greffage, le bouturage est plus facile à réaliser. Sa maîtrise est aisée pour les débutants. Cependant, le bouturage peut être problématique au cas où le fragment de la plante à multiplier est en quantité réduite. De plus, les plantes bouturées entrent en production mois rapidement que les plantes greffées.

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.