Les insecticides chimiques

Article publié , mis à jour , dans Intrants chimiques.

Les insecticides sont des biocides destinés à éliminer les insectes. Les produits destinés à éliminer les acariens, les araignées et les tiques portent le nom d'insecticides quoique ces organismes ne soient pas des insectes. Les insecticides sont regroupés par familles chimiques, par modes d'action et par provenance. En tenant compte de la famille chimique, on distingue : les organochlorés, les carbamates, les organophosphorés et les pyréthrinoïdes de synthèse. En considérant le mode d'action, on distingue les insecticides de contact, les insecticides systémiques et les insecticides à mode d'action intermédiaire ou translaminaires. Les insecticides systémiques intègrent l'organisme de la plante à protéger. En fonction de la provenance, on distingue les insecticides de synthèse et les insecticides d'origine végétale.

Les organochlorés

Les organochlorĂ©s sont des insecticides de contact qui incluent dans leur composition une molĂ©cule de chlore. Il s'agit de composĂ©s neurotoxiques qui perturbent la transmission de l'influx nerveux. Ce sont en gĂ©nĂ©ral des insecticides Ă  très large spectre d'action. Ils furent les premiers insecticides de synthèse. Le plus connu est sans nul doute le DDT. Ils sont faiblement toxiques envers les humains. Cependant, ils sont très peu biodĂ©gradables et ont tendance Ă  s'accumuler dans les organismes qui les ingèrent. Les organochlorĂ©s comprennent :

  • le DDT,
  • le pentachlorophĂ©nol,
  • le perthane,
  • l'endrine,
  • le polychlorocamphène,
  • le chlordane,
  • le dicofol,
  • l'endosulfan,
  • l'heptachlore,
  • le chlordĂ©cone,
  • le chlorbenside,
  • le perchlordĂ©cone,
  • le lindane,
  • la dieldrine,
  • le diĂ©nochlore,
  • l'aldrine,
  • le chlorfĂ©nĂ©tol,
  • le mĂ©toxychlore,
  • le toxaphène et
  • le mirex.

Les organochlorés ont été progressivement abandonnés au vu de leurs imperfections.

Les carbamates

Ces insecticides sont des dérivés de l'acide carbamique. Ce sont des substances neurotoxiques dont le mode d'action consiste à inhiber la cholinestérase qui est un médiateur chimique impliqué dans la transmission des influx nerveux. La plupart des carbamates sont des insecticides de contact, mais il existe quelques carbamates qui agissent de façon systémique. Au nombre des insecticides appartenant à la famille des carbamates, on trouve :

  • le mexacarbe,
  • le thiodicarbe,
  • le thiofanoxe,
  • le diallate,
  • le dimĂ©tan,
  • le fĂ©noxycarbe,
  • le formetanate,
  • le  metolcarbe,
  • l'aminocarbe,
  • l'isoprocarbe
  • l'isocarbe,
  • l'Ă©thiophencarbe,
  • le bendiocarbe,
  • le carbofuran,
  • le dimetilan,
  • le promecarbe,
  • le propoxur,
  • le dioxacarbe,
  • le pirimicarbe,
  • le benfuracarbe,
  • l'hydrochloride,
  • l'aldicarbe,
  • l'oxamyl,
  • le bendiocarbe,
  • le mercaptodimethur,
  • le carbaryl et
  • le methiocarbe.

Les carbamates ont, pour la plupart, une faible rémanence.

Les organophosphorés

Ces insecticides ont dans leur composition des atomes de phosphores. A l'instar des carbamates, ces insecticides sont des inhibiteurs de la cholinestérase. Il s'agit en général de composés liposolubles hautement toxiques contre les animaux et les hommes. Cette toxicité est cependant compensée par une faible rémanence. C'est ce qui explique le fait qu'ils constituent le groupe d'insecticides les plus variés du marché. On retrouve dans cette famille aussi bien des insecticides de contact que des insecticides systémiques. Au nombre des carbamates, figurent :

  • Le bromophos,
  • le fĂ©nitrothion,
  • le fonofos,
  • le dĂ©mĂ©ton,
  • le dicrotophos,
  • le dimĂ©thoate,
  • l'Ă©thion,
  • le formothion,
  • le malathion,
  • le chlorpyrifosĂ©trimfos,
  • le mĂ©thidation,
  • le mĂ©vinphos,
  • le monocrotophos,
  • le diazinon,
  • le naled,
  • l'omĂ©thoate,
  • le phorate,
  • le quinalphos,
  • le dichlorvos,
  • le chlorfenvinphos,
  • l'isofenphos,
  • le parathion,
  • le protiophos,
  • le parathion Ă©thyl,
  • le phosalone,
  • le profĂ©nofos,
  • le fenthion,
  • le parathion,
  • le mĂ©thyl acĂ©phate,
  • l'isoxation,
  • le phosmet,
  • le phosphamidon et
  • le trichlorfon.

Les pyréthrinoïdes de synthèse

Les pyréthrinoïdes de synthèse sont des copies des molécules insecticides qu'on trouve dans les pyrèthres qui sont des plantes dotées de propriétés insecticides. Nommés insecticides de « troisième génération », ils sont réputés pour leur grande efficacité et leur faible toxicité pour l'homme. Molécules neurotoxiques, ils bloquent l'influx nerveux en perturbant le fonctionnement des canaux sodium. Ils sont efficaces à très faible dose (entre 10 et 40 g de matière active par hectare de plantation). Ces molécules sont photolabiles, c'est-à-dire qu'elles sont détruites lors d'une exposition prolongée aux rayons lumineux. Au nombre des pyréthrinoïdes de synthèse on peut citer :

  • la bioresmĂ©thrine,
  • la dĂ©pallĂ©thrine,
  • l'Ă©thofenprox,
  • la deltamĂ©thrine,
  • la fenpropathrine,
  • la fenvalĂ©rate,
  • la cyfluthrine,
  • la tralomĂ©thrine,
  • le fluvalinate,
  • la permĂ©thrine,
  • la lambda-cyhalothrine,
  • la bifenthrine,
  • le flucythrinate,
  • la tĂ©fluthrine,
  • la tralomĂ©thrine,
  • la zetacypermĂ©thrine,
  • l'esfenvalĂ©rate,
  • l'alphamĂ©thrine,
  • la bĂ©tacyfluthrine,
  • la cypermĂ©thrine.

Les autres familles chimiques d'insecticides de synthèse

En dehors de ces grandes familles, il existe des petites familles regroupant quelques insecticides. On peut notamment citer les carbinols, les benzoylurées, les sulfones et sulfonates et les formamidines. Les benzoylurées sont des perturbateurs de mues qui tuent l'insecte lors de sa mue. Cette famille comprend des insecticides tels que :

  • le teflubenzuron,
  • le lufĂ©nuron,
  • le diflubenzuron,
  • le triflumuron,
  • l'hexflumuron.

Les formamidines, les sulfones et les sulfonates sont, quant Ă  eux efficaces contre les Ĺ“ufs et les jeunes au stade larvaire. Comme sulfones et sulfonates on peut citer :

  • le tĂ©trasul,
  • la propargite,
  • le tĂ©tradifon.

Comme exemple de formamidines, on a :

  • l'amitraze,
  • le formetanate,
  • le chlordimeform.

Les carbinols sont, pour la plupart, des acaricides spécifiques. Le bromopropylate et le dicofol sont des exemples de carbinols.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.