Les hormones végétales

Article publié , mis à jour , dans Sciences agricoles.

A l'instar des animaux, les plantes disposent aussi d'hormones. Ces hormones connues sous le nom de phytohormones ou hormones végétales participent à la régulation de la croissance et du développement des végétaux.

Pour mériter le nom de phytohormones, les composés chimiques doivent avoir les caractéristiques suivantes:

  1. ils doivent être produits par la plante elle-même.
  2. ils doivent être efficaces à des doses infinitésimales.
  3. ils doivent véhiculer des informations susceptibles de moduler ou de réguler le fonctionnement de certains organes.

Les formes synthétiques de ces hormones ont divers usages en agriculture.

On distingue 5 classes d'hormones végétales.

L'acide abscissique

Il s'agit de l'un des régulateurs de croissance les plus importants. Son nom provient du fait qu'il a été découvert pour la première fois dans des feuilles fraîchement tombées. L'acide abscissique est constitué par un composé produit en période de stress par les feuilles. Cette hormone agit sur la croissance des bourgeons et sur la dormance des semences. Elle induit des modifications au niveau du méristème apical (bourgeon) ; ce qui conduit à la déformation des dernières feuilles pour en faire des feuilles protectrices pour le bourgeon. Dans les régions tropicales, l'acide abscissique joue un rôle dans la dormance des feuilles et des semences en inhibant la croissance. La croissance reprend lorsque sa concentration diminue dans les feuilles et les semences.

Les auxines

Ce groupe d'hormones pilote de façon positive l'élargissement des cellules, la formation des bourgeons et la rhizogénèse (formation des racines). Les auxines interviennent également dans la production d'autres hormones. En association avec les cytokinines, les auxines contrôlent l'élongation des cellules. Les auxines contribuent à la dormance des bourgeons situés en dessous du bourgeon principal, phénomène connu sous le nom de dominance apicale. Les auxines permettent également la croissance et le développement des racines adventives.

Les cytokinines

Ces composés chimiques influencent les divisions cellulaires et la formation de rameaux. Les cytokinines permettent de prolonger la durée de vie des cellules âgées et sont responsables du transport des auxines à travers la plante. Elles affectent également l'élongation des entrenœuds et la croissance des feuilles. Les cytokinines permettent de contrer la dominance apicale induite par les auxines. En coordination avec l'éthylène, les cytokinines entraînent la chute des parties de fleurs, des fruits et des feuilles sénescents.

L'éthylène

L'éthylène est un gaz produit lors de la dégradation de la méthionine présent dans toutes les cellules. Très peu soluble dans l'eau, l'éthylène ne s'accumule pas dans les cellules. Il se diffuse hors des cellules et s'échappe de la plante. Son efficience en tant que phytohormone est fonction de sa vitesse de production et de sa vitesse de diffusion dans l'atmosphère. L'éthylène est produit en quantité par les cellules en division, notamment dans l'obscurité. L'éthylène influence la croissance et la forme des cellules. Lorsqu'une racine en croissance rencontre un obstacle, on assiste à une production massive d'éthylène avec comme résultat l'arrêt de l'élongation et le renflement du méristème. Enfin, l'éthylène est responsable du mûrissement des fruits.

Les gibbérellines

Les gibbérellines jouent un rôle important dans la germination des graines en influençant les enzymes chargées de la production des nutriments nécessaires à la formation de nouvelles cellules. L'absorption d'eau par les graines (imbibition) entraîne la production de gibbérellines. Les gibbérellines impactent la floraison et la division cellulaire. Elles permettent la croissance de la plantule une fois que la graine a germé. Les gibbérellines inversent l'inhibition de la croissance et la dormance des rameaux induite par l'acide abscissique.

Phytohormones de synthèse

Les phytohormones synthétiques sont utilisées dans diverses méthodes de propagation dont le bouturage, la micro-propagation (culture cellulaire) et le bouturage. Les pépiniéristes ont l'habitude de pulvériser des solutions d'auxines sur les boutures afin de booster la production de racines. Ceci est également le cas pour le marcottage d'espèces produisant difficilement des racines. D'autres utilisent de l'eau de saule, qui est une solution riche en auxines naturelles. Dans les cultures de cellules végétales, différents types de phytohormones de synthèse sont utilisés pour permettre la multiplication des cellules puis le développement de racines sur les plantules. Les mûrisseries utilisent l'éthylène pour faire mûrir de façon homogène les fruits qu'elles traitent.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.