Le sclérotinia

Article publié , mis à jour , dans Champignons.

Le sclérotinia est un genre de champignon auquel appartient l'agent pathogène responsable de la pourriture blanche ou sclérotiniose, une maladie qui se manifeste sur plusieurs plantes dont le tournesol, le colza, la carotte et les haricots. Cet agent pathogène est Sclerotinia sclerotiorum. A l'instar des autres espèces de sclérotinia, il appartient à la famille des Sclerotiniaceae et peut faire des dégâts importants, particulièrement sur le colza où son action peut engendrer des pertes de rendements allant jusqu'à 10 q/ha.

Activités

Ces champignons produisent des sclérotes qui sont des nodules noirs de quelques millimètres d'épaisseur. Ces sclérotes sont constitués de mycélium très condensés et peuvent rester à l'intérieur du sol ou à sa surface pendant près de 10 ans, du fait de leur bonne résistance. Leur développement se fait au printemps et est parfait si la période est douce et humide. A la suite de la germination du sclérote, des apothécies peuvent être formées et chacune d'elle peut libérer en quelques jours entre 2 et 30 millions d'ascospores. Ces ascospores profitent des courants d'air pour atteindre les plantes à infecter.

Nuisance

Le pétale de la plante est frappé de nécrose, 3 jours après avoir été colonisé par le filament mycélien de ces champignons. Il chute sur les feuilles inférieures et les contaminent. La colonisation se poursuit et s'étend sur toute la plante. Les parties atteintes présentent des taches jaunâtres ou noirâtres pendant que tout le feuillage flétrit. Par la suite, on assiste à un pourrissement total de la plante.

Facteurs de risque

Lorsque les températures sont douces et qu'il y a un fort taux d'humidité, les champignons sclérotinia se trouvent dans de bonnes conditions pour leur développement. En outre, un sol qui a une teneur élevée en azote et qui est exposé à des stress climatiques est très souvent attaqué par ces champignons. Les irrigations excessives et les rotations limitées favorisent également leur attaque.

Lutte

A titre préventif, tous les résidus de récolte doivent être détruits. Il est aussi bon de désinfecter périodiquement le sol et de bien aérer les cultures conduites sous abri. Si la plante est déjà attaquée par un de ces champignons, il faut détruire au plus vite toutes les parties présentant des signes d'infestation et pulvériser une décoction de prêle. Il est possible de faire une lutte biologique en introduisant dans les cultures un autre parasite du nom de Coniothyrium minitans

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.