AGRONEO

Agriculture intensive: nourrir le monde

Article publié , mis à jour . Par .

Face à la raréfaction des terres cultivables, la pratique de l'agriculture intensive se présente comme la solution appropriée pour résorber la crise alimentaire qui secoue le monde. Cette technique culturale permet d'obtenir un rendement impressionnant sur une petite surface champêtre. Ce système de production est présentée comme la clé pour les pays en voie de développement désireux d'assurer leur autosuffisance alimentaire et accroitre leurs produits d'exportation.

L'agriculture intensive se conçoit par opposition à l'agriculture extensive. Elle se définit comme un système de production agricole favorisant la concentration des moyens ou facteurs de production sur une petite superficie, en vue d'accroître le rendement ou la productivité des cultures. L'intensification peut être appliquée tant à l'agriculture moderne qu'à l'agriculture traditionnelle.

Mise en œuvre

L'accroissement de la production agricole dépend étroitement des techniques culturales mises en œuvre. L'agriculture intensive nécessite la mise en place de cultures à haut rendement, le recours accru à la mécanisation, à l'irrigation et surtout aux intrants chimiques (engrais, produits phytosanitaires) en tant que catalyseurs de la productivité. L'agriculture intensive se pratique, de plus en plus, par le recours à des techniques culturales telles que la culture sous serre ou la culture hors-sol.

Les avantages

La pratique de l'agriculture intensive est avantageuse à plusieurs niveaux.

Sur le plan agronomique

L'agriculture intensive permet d'augmenter considérablement la production agricole aussi bien en quantité qu'en qualité. C'est ainsi qu'en France, elle a accru de manière très significative la productivité agricole passant de 2 à 10 tonnes par hectare. Elle peut permettre de produire des quantités de produits alimentaires suffisants pour lutter contre la faim dans le monde.

L'apport important de fertilisants que nécessite l'agriculture intensive peut éviter la perte de la fertilité naturelle du sol.

Sur le plan écologique

En induisant la réduction des surfaces cultivées et la libération des terres, l'agriculture intensive est source d'augmentation significative du couvert végétal d'une région ou d'un pays et surtout de reconstitution de l'écosystème.

Sur le plan économique

Le recours à l'agriculture intensive permet au producteur d'améliorer ses revenus car cette technique accroît sensiblement le rendement.

Réduire la main d'œuvre nécessaire au travail agricole est un autre avantage économique pour le producteur.

Les inconvénients

L'agriculture intensive est l'objet de critiques parce qu'elle pose souvent des problèmes d'ordres écologique, sanitaire en raison du recours aux intrants d'origine chimique. Mais cette difficulté peut être résolue par le recours aux herbicides, pesticides et engrais naturels plus protecteurs de l'environnement.

L'agriculture intensive accroit le taux du chômage car elle requiert l'utilisation de machines plus performantes et rapides que l'homme dans l'exécution des taches.

Les limites

L'obstacle majeur à la vulgarisation de l'agriculture intensive est la mobilisation des capitaux. La mise en œuvre de cette forme d'agriculture exige d'importants intrants agricoles (énergie, engrais, matériel semences...). La réussite de ce système agricole dépend aussi de la qualité des sols, de conditions climatiques favorables.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.