Peyotl

Article publié , mis à jour , dans Plantes psychotropes, Migraine, Cactus.

Le peyotl ou simplement peyote désigne de petits cactus dépourvus d'épines. La plante a pour nom scientifique Lophophora williamsii et vient du sud de l'Amérique du nord. Le peyotl est une espèce aux effets psychotropes et est pour cela utilisé par les amérindiens pour des rituels depuis 3 000 ans. Elle fait partie des premières espèces hallucinogènes découvertes par les colons européens en Amérique. La plante peut pousser toute seule ou en groupe dans les régions désertiques, à une altitude allant de 100 à 1 500 m. Les sols secs conviennent à sa croissance. Le peyotl est une espèce protégée par le CITES et plusieurs pays comme la France et la Suisse interdisent son usage.

Composition

Il a été dénombré 20 alcaloïdes de type phényléthylamine dont le plus présent est la mescaline, substance concentrée à la périphérie de la tige. Le peyotl contient aussi de la lophophorine à la base de céphalées et de bouffées de chaleur. On y trouve en outre de l'anhalonidine, de l'anhalamine, de la peyotline et de la peyonine, des éléments qui ont une action sédative. Dans certaines parties du peyotl est rassemblée la peyocactine, une substance cristalline hydrosoluble qui a des propriétés antibiotiques.

Effets psychotropes

La consommation abusive du peyotl provoque des effets psychotropes enthéogènes. Des hallucinations surviennent généralement 3 heures après ingestion avec des flashs de couleur présents dans le champ de vision. En plus, le sujet a de fortes nausées qui aboutissent à des vomissements à cause du goût amer du peyotl.

Des maux de tête, des tachycardies, des sueurs et une descente difficile viennent s'ajouter aux désagréments. La consommation exagérée de la plante aboutit très souvent à une ivresse peyotlique. L'individu se retrouve dans ce cas dans une phase de surexcitation générale, d'euphorie, d'hypersensibilité et de plénitude. Il peut aussi passer par une phase de sédation en faisant preuve de langueur, de ralentissement psychomoteur, de relâchement musculaire et de calme.

Lorsque le sujet atteint la phase suprême de l'ivresse peyotlique, il connait une dépression respiratoire, une hyperactivité sympathique telle qu'une congestion du visage et une rougeur des yeux. Il se produit en outre un amenuisement des facultés mentales et des dédoublements de la personnalité. Après le passage de l'ivresse, plusieurs effets indésirables surviennent dont des céphalées, des lourdeurs, de la fatigue et une hyperesthésie visuelle.

Usage rituel

Depuis des siècles, la plante est utilisée dans des cérémonies religieuses et divinatoires organisées principalement par des tribus indigènes du Mexique appelées chamans. Ce sont des cultes faits au peyotl, des cérémonies qui auraient même remplacé la danse des fantômes. Pour suivre la version théâtrale des Mystères d'Eleusis de la Grèce antique, on proposait aux spectateurs une boisson à base de peyotl qui aurait le pouvoir de les aider à mieux comprendre le spectacle.

Certains écrivains, dont Antonin Artaud et Stanislaw Ignacy Witkiewicz, auraient produit des œuvres en tirant leur inspiration du peyotl qu'ils consommaient avant d'écrire. Pour les catholiques espagnols, l'usage du peyotl n'est rien d'autre qu'un acte de superstition et ils l'ont dénoncé en 1591.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.