Le sureau, excellent diurétique, purgatif et sudorifique

Article publié , mis à jour , dans Plantes médicinales, Rhume, Asthme.

Le sureau, de son nom scientifique Sambucus nigra, est une plante à fleurs appartenant à la famille des Adoxacées. Elle est originaire de la majeure partie de l'Europe et de l'Amérique du Nord, mais on la trouve désormais en Asie occidentale et en Afrique du Nord. Parmi ses appellations vernaculaires, figurent « grand sureau » et « sureau européen ». Le sureau supporte une variété de conditions, y compris les sols humides et fertiles. La plante préfère les endroits ensoleillés ; on la trouve rarement en régions montagneuses.

Le sureau peut être un arbuste ou un petit arbre à feuilles caduques atteignant 6 m à 10 m de hauteur. Claire durant le plus jeune âge, son écorce devient grise et sinueuse à l'âge adulte ; elle est parcourue de longs sillons longitudinaux. Les feuilles opposées par paires font entre 10 et 30 cm de long. Ces feuilles sont comptent cinq à sept folioles (rarement neuf). Ces dernières sont longues de 5 à 12 cm et larges de 3 à 5 cm, avec une bordure dentée.

Les fleurs hermaphrodites sont portées dans de grands corymbes plats de 10 à 25 cm de diamètre. Elles apparaissent entre la fin du printemps et le milieu de l'été. Les fleurs individuelles ont une couleur ivoire, 5 à 6 mm de diamètre et cinq pétales. Leur pollinisation est assurée par les mouches. Les fruits sont des baies violettes de couleur foncée, qui ont 3 à 5 mm de diamètre. Ils sont rassemblés en grappes tombantes à la fin de l'automne et constituent un aliment de choix pour de nombreuses espèces d'oiseaux frugivores.

Propriétés médicinales

Les baies de sureau contiennent des pigments organiques, des tannins, des acides aminés, des caroténoïdes, des flavonoïdes, du sucre, de la rutine, de l'acide viburnique, des vitamines A et B, ainsi qu'une grande quantité de vitamine C. Ils sont légèrement laxatifs, diurétiques et diaphorétiques. Les flavonoïdes, y compris la quercétine, sont à l'origine des propriétés thérapeutiques des fleurs et des baies de sureau. Ces flavonoïdes comprennent des anthocyanes, de puissants antioxydants qui protègent les cellules contre l'action néfaste des radicaux libres.

Les baies de sureau ont constitué pendant des siècles un remède populaire en Amérique du Nord, en Europe, en Asie occidentale et en Afrique du Nord. Le sureau est utilisé pour abaisser le cholestérol, améliorer la vision, stimuler le système immunitaire et améliorer la santé du cœur. Il combat également la toux, le rhume, la grippe, les infections bactériennes et virales, ainsi que l'amygdalite.

Préparation

Diverses parties du sureau sont utilisées à des fins médicinales. Ainsi, les fruits et les fleurs de sureau font partie des grands classiques de la médecine traditionnelle autrichienne. Les fruits sont transformés en thé, gelée, jus et sirop. Les fleurs, de leur côté, servent à confectionner du thé et du sirop. Les corolles et les étamines séchées ont été utilisées afin de confectionner des lotions pour les yeux et la peau.

Le sureau peut servir d'ingrédient à d'autres produits comme la confiture ou le vin. Pour le vin, il faut laisser macérer pendant quarante-huit heures (48) heures 150 g de l'écorce de sureau par litre de vin blanc puis filtrer le breuvage obtenu à la passoire. Cet excellent diurétique est à prendre à la dose de 2 à 3 tasses par jour.

Le sureau peut servir à formuler des pommades, des sprays ou des infusions. Par exemple, on obtient une pommade efficace pour les pansements et les massages en faisant un mélange du suc de l'écorce de sureau avec de l'axonge. Il faut prendre la même quantité de chaque produit.

Précisions sur la préparation et le mode d'emploi

En usage interne

  • Décoction : baies ou feuilles, 20 à 30 g par demi-litre d'eau ; dose : 3 tasses, à prendre à jeun, à une demi-heure ou une heure d'intervalle, comme purgatif
  • Décoction : écorce, 15 g, eau, un demi-litre; faites réduire d'un tiers; dose : 2 ou 3 demi-tasses par jour, comme diurétique
  • Décoction : écorce, 40 à 60 g, eau et lait de vache, de chaque demi-litre, faites bouillir et réduire de moitié ; dose : 2 tasses matin et soir, comme sudorifique
  • Suc de l'écorce : 2 ou 3 demi-tasses par jour, seul ou mêlé avec autant d'un liquide approprié, comme sudorifique
  • Infusion théïforme ; fleurs sèches, 5 à 15 g par litre d'eau ; dose : 2 ou 3 tasses chaudes par jour, comme sudorifique
  • Vin : écorce, 150 g par litre de vin blanc ; quarante-huit heures de macération et passez ; dose : 2 ou 3 tasses par jour, comme diurétique

En usage extérieur

  • Infusion : fleurs, 30 à 60 g par litre d'eau, pour lotions et fumigations
  • Décoction : écorce ou feuilles, 25 à 50 g par litre d'eau, pour frictions, gargarismes
  • Pommade : suc de l'écorce, 60 g, axonge, 60 g, pour frictions et pansements

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.