Les plantes à composés antalgiques

Article publié , mis à jour , dans Plantes médicinales.

Les plantes à composés analgésiques ou antalgiques permettent de traiter les douleurs. Certaines sont capables de calmer uniquement une forme précise de douleurs tandis que d'autres, rares, parviennent à traiter les différents types de douleurs qui existent. Les industries pharmaceutiques utilisent ces plantes pour élaborer des médicaments antidouleur. Dans plusieurs régions, on s'en sert régulièrement à l'état naturel. Les plantes analgésiques sont nombreuses et ont des compositions différentes.

Le nauclea latifolia

Egalement appelé « pêcher africain », le nauclea latifolia est un arbuste sarmenteux de 4 à 6 m de haut. Il est très répandu dans toute l'Afrique sub-saharienne et est longtemps utilisé dans la médecine traditionnelle, particulièrement au Cameroun. En plus de calmer les douleurs, la plante est utilisée dans le traitement de plusieurs maladies comme le paludisme et l'épilepsie. L'écorce du nauclea latifolia est riche en alcaloïdes. Préparée en décoction, elle a une action fébrifuge puissante.

Quant aux feuilles, elles sont recherchées pour leurs vertus purgatives, laxatives et antiparasitaires. Récemment, une équipe de chercheurs a découvert qu'une molécule antidouleur produite par le nauclea latifolia était identique au Tramadol, un médicament de pure synthèse très employé dans le monde entier comme analgésique. Selon les chercheurs, c'est la toute première fois qu'un médicament de synthèse provenant de l'industrie pharmaceutique soit découvert en forte concentration dans une source naturelle.

La corydale

La corydale est une plante à fleurs poussant depuis très longtemps en Chine où elle est consommée bouillie dans du vinaigre en vue de traiter les céphalées et les maux de dos. En étudiant minutieusement cette plante, des chercheurs ont découvert une molécule capable de soulager efficacement les différentes formes de douleurs c'est-à-dire les douleurs aiguës, les douleurs inflammatoires et les douleurs chroniques. Dénommée déhydrocorybulbine (DHCB), cette molécule calme efficacement les douleurs chroniques, ce que les traitements antidouleur connus à ce jour ont du mal à faire. Cette molécule n'est pas encore utilisée dans l'industrie pharmaceutique car des recherches doivent être menées pour mieux l'appréhender.

La reine-des-prés et le saule blanc

La première appartient à la famille des Salicacées et la deuxième à celle des Rosacées. Ces deux plantes ont permis l'élaboration de médicaments efficaces dans la lutte contre les douleurs. A l'origine du nom Aspirine, la reine-des-prés ou aspirine végétale contient un principe actif qui est l'acide acétylsalicylique. Son action anti-inflammatoire est très appréciée du fait de ses dérivés salicylés. Elle est conseillée dans les manifestations articulaires douloureuses et les rhumatismes. Son action est quasiment identique à celle du saule blanc, surnommé « le bien-être des articulations ». Cette plante contient du salicylate de méthyle anti-inflammatoire et des flavonoïdes diurétiques, des propriétés permettant aussi de traiter les poussées rhumatismales et bien d'autres douleurs.

La jusquiame noire et le pavot

Plante de la famille des Solanacées, la jusquiame noire a une teneur élevée en alcaloïdes et se présente comme un puissant analgésique et narcotique. Elle permet de traiter les maux de dents et les douleurs névralgiques et sciatiques. Il convient toutefois de bien respecter les doses prescrites car cette plante est toxique. Quant au pavot, il s'agit d'une plante de la famille des Papavéracées connue comme un puissant analgésique. Il intervient dans le traitement des douleurs rebelles et des maux de dents.

L'aconit napel et le chanvre

L'aconit napel est un anesthésique puissant pouvant permettre de calmer les douleurs névralgiques incurables. Cette plante herbacée de la famille des Renonculacée est répandue sur les terrains humides et montagneux. Appartenant à la famille des Moracées, le chanvre est une plante dioïque qu'on recommande dans les traitements des douleurs névralgiques et rhumatismales. Il faut toutefois l'utiliser avec précaution car elle est toxique et peut engendrer des troubles mentaux et mettre le sujet dans une euphorie.

L'euphorbe résinifère

Originaire du massif montagneux du Moyen Atlas (Maroc), la plante ornementale dénommée euphorbe résinifère contient un latex dont la relative toxicité émane d'une molécule : la résinifératoxine (RTX) de formule brute C37H40O9. En plus de ses applications réussies dans le traitement de certaines formes de cancer, la RTX se révèle un excellent remède anti-douleur. Les spécialistes indiquent qu'elle est mille fois plus puissante que la capsaïcine.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.