L'aconit

Article publié , mis à jour , dans Plantes médicinales, Ranunculacées, Diarrhée.

L'aconit est une plante herbacée de la famille des Ranunculaceae. C'est une espèce vivace dont la racine est constituée d'un tubercule principal appelé « tubercule-père » et un tubercule secondaire dénommé « tubercule secondaire ». On trouve plusieurs espèces d'aconit dont l'aconit napel ou Aconitum napellus qui est considérée comme la plante la plus toxique d'Europe. En effet, les spécialistes précisent que l'ingestion d'1 à 3 g de la racine peut entrainer une réaction mortelle au cours de l'heure qui suit. On comprend mieux pourquoi l'aconit napel est surnommé « la reine des poisons ».

Les feuilles de l'aconit sont palmées et affichent des divisions lobées. Quant aux fleurs, elles forment des grappes érigées et sont de couleur bleu foncé parfois violacé. Le périanthe est constitué de 5 pièces pétaloïdes dont la supérieure est en forme de casque. Celle-ci abrite des nectaires qui attirent les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Les racines de l'aconit napel sont de couleur brunâtre en forme de navet. Elles sont striées longitudinalement et munies de racines adventice renflées. Le fruit produit par la plante est constituée de 5 follicules.

Espèces

Il existe au total 350 espèces dans le genre Aconitum et il y en a 4 qui sont très fréquentes en France. Il s'agit de l'aconit napel, l'aconit tue-loup à fleurs jaunes et à racine non tubérisée, l'aconit des Alpes, moins toxique que les deux premières citées, et enfin l'Aconitum variegatum.

Composition

On trouve dans toutes les parties de l'aconit des alcaloïdes diterpéniques dont la structure est complexe. Ces alcaloïdes sont particulièrement concentrés dans la racine et leur teneur dépend du stade du cycle végétatif de la plante et de son origine géographique. L'aconitine est l'alcaloïde majoritairement présent dans l'aconit. D'autres alcaloïdes s'y trouvent également dont l'hypaconitine, le lycaconitine, le néopelline et le néoline.

Toxicité

En Chine où on utilise les plantes du genre aconit dans la pharmacopée locale, les tubercules sont bouillis longuement dans l'eau afin de réduire au maximum leur toxicité. Cela dit, les intoxications provoquées par cette plante viennent du fait qu'elle n'ait pas subi un tel traitement. De faibles doses sont suffisantes pour que l'espèce soit dangereuse. En effet avec seulement 3 mg d'aconit, la vie d'une personne est menacée.

Les racines de la plante sont les plus toxiques et une ingestion comprise entre 2 et 4 g de cette partie est mortelle. Lorsqu'une personne est intoxiquée par cette plante, elle ressent des sensations de fourmillement dans la bouche, au niveau de la langue, puis dans la gorge et dans les membres. Celle-ci est prise d'angoisse et de vertige par la suite avant qu'elle ne ressente une sensation de faiblesse musculaire et de refroidissement. Le sujet souffre plus tard de diarrhée et de troubles graves du rythme cardiaque avant que ne survienne la mort par asphyxie. L'aconitine paralyse en fait toutes les terminaisons nerveuses périphériques et les centres bulbaires de la respiration.

Utilisation

Les aconits sont utiles dans le domaine médicinal et sont très utilisés dans la pharmacopée chinoise. On l'utilise aussi dans la pharmacopée occidentale mais force est de constater que la haute toxicité de la plante a poussé les gens à l'abandonner. Sinon avec les aconits, on élaborait des remèdes contre les névralgies rebelles. Des sirops faits avec ces plantes permettaient de traiter les toux sèches. Au-delà de l'aspect médicinal, on se servait des aconits pour la fabrication de poisons des flèches aussi bien en Europe que dans les pays asiatiques. Plusieurs tribus chinoises enduisaient en effet leurs flèches d'un poison obtenu à partir de ces espèces. Ces flèches étaient tellement puissantes qu'elles pouvaient tuer un ours en si peu de temps.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.