La sanve ou moutarde des champs

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Brassicacées.

La moutarde des champs est une espèce végétale dicotylédone faisant partie des plantes adventices. De la famille des Brassicacées, elle est connue sous le nom scientifique Sinapsis avensis. La moutarde des champs est également dénommée par de nombreux noms vernaculaires comme « filettella », « moutardier » et « ravison ».

La plantule de l'adventice possède des feuilles alternes disposées en rosette. De taille moyenne, les cotylédons sont en forme de cœur. Ils sont plus larges que longs et ont une échancrure pas très profonde. Le limbe du cotylédon affiche bien une seule nervure médiane. Alors que les deux premières feuilles sont entières, sinuées et souvent dentées, les deux qui les suivent ont plutôt un aspect non divisé, sont également dentées et ont une pilosité souple et lisse au toucher. Concernant la plante adulte de la moutarde des champs, elle possède une tige simple dont la hauteur est comprise entre 30 et 90 cm. Celle-ci est fréquemment ramifiée. Elle a des feuilles inférieures dentées, pétiolées, sinuées puis lyrées. Celles supérieures sont ovales et deviennent sessiles lorsque la floraison approche. La plante engendre de grandes fleurs dotées de 4 pétales et présentant une couleur jaune soutenue. Les 4 sépales sont libres et se reconnaissent par leur couleur jaune verdâtre. La plante produit des graines sphériques laissant voir une couleur allant du brun-rouge au noir. Ces graines ressemblent à de petites billes de plomb. Les fruits de la moutarde des champs sont des siliques un peu étranglées au sein des graines.

Biologie

Cette plante a un cycle annuel et ses levées se font particulièrement de septembre à novembre et aussi de mars à juin. Il faut des températures situées entre 5 et 15°C pour des germinations optimales. A partir de 20°C, les germinations ne se font plus. C'est d'avril à novembre qu'a lieu la floraison tandis que la fructification intervient du début juin à novembre. La durée de développement de la moutarde des champs est d'environ 100 jours. Il faut entre 0,5 et 1,5 cm pour une bonne profondeur de levée. A ce sujet, on note que 90% des levées de cette adventice sont dues à des graines enfouies à moins de 4 cm de profondeur. Il faut tout de même reconnaitre qu'il y a eu des cas, sur sol léger, où la profondeur de levée atteignait 7 cm. Chez cette espèce d'adventice, les graines fraichement produites sont très dormantes.

Habitat

On trouve cette mauvaise herbe partout en France. Que ce soit sur les bords de route, sur les sols cultivés ou sur des terrains vagues, la plante ne fait pas de difficulté pour se développer. Elle ne se signale cependant pas sur les terres hydromorphes. Il faut aussi savoir que la moutarde des champs est très sensible au gel. La plante colonise plusieurs types de cultures mais se fait particulièrement remarquée dans les colzas d'hiver et les féveroles du printemps. En agriculture biologique, elle fait partie des adventices les plus craintes dans les cultures de printemps/été et aussi d'hiver dans les régions où il n'y a pas de gels.

L'adventice se répand le plus souvent dans les cultures à faible densité dont l'installation se fait lentement. Son développement est à mettre au compte de l'augmentation des surfaces de culture du colza et du radoucissement des hivers ces dernières années, particulièrement dans les zones à climat océanique. Il aussi signaler que cette plante a un cycle très proche du colza, alors qu'il n'y a pas assez d'herbicides efficaces pour faire des traitements sur cette plante. Aussi, les systèmes culturaux aboutissant au bouleversement régulier du sol à 15 cm favorisent l'extension de l'adventice.

Nuisibilité

Bénéficiant d'une croissance rapide et compte tenu de l'importance de son système racinaire, la moutarde des champs concurrence fortement les cultures. Elle impacte ainsi les rendements avec des chutes de production allant de 10 à 80%. Par ailleurs, cette adventice est une hôte de plusieurs insectes comme l'altise et la mouche du chou. Elle favorise aussi la survenue de plusieurs maladies comme l'oïdium et l'hernie du chou.

On peut limiter le développement de cette adventice par une rotation chargée en céréales d'hiver. Il ne sert à rien de pratiquer le labour du sol car les graines de moutarde des champs peuvent rester viables dans le sol pendant très longtemps. La méthode des faux-semis peut néanmoins permettre de lutter contre cette plante en cas de cultures tardives de printemps. Quant à la technique de décalage de la date de semis, il est possible de l'appliquer dans le Sud-ouest où les cas de fortes infestations sont fréquents. Si elle est bien menée, elle permet d'éviter les premières levées de la moutarde des champs. L'arrachage manuel de la plante avant grenaison est aussi un moyen efficace de lutte.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.