La lampourde Ă  gros fruits

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Astéracées.

La lampourde à gros fruits est une plante dicotylédone appelée scientifiquement Xanthium strumarium. Elle est de la famille des Astéracées et est classée parmi les adventices. La lampourde à gros fruits est souvent désignée par de nombreux noms vernaculaires tels que « lampourde glouteron » et « herbe aux écrouelles ».

On reconnait la plantule de la lampourde à gros fruits par sa robustesse. De couleur vert grisâtre, elle possède une tige et une première paire de feuilles opposées. Ces feuilles sont ovales-allongées avec un bord denté, tandis que celles qui suivent sont alternes, triangulaires et également à bord denté. Très grands, les cotylédons sont lancéolés et charnus. Au toucher, la plantule est rugueuse et ce à cause de sa pilosité. Elle dégage une odeur lorsqu'on la froisse. Dressée et haute de 30 à 120 cm, la plante adulte de la lampourde à gros fruits est monoïque et possède une tige puissante couverte de poils courts et épais. Elle a des capitules mâles sphériques groupés en glomérules axillaires et sommitaux. Quant aux fleurs femelles, elles sont groupées par deux et sont fixées à l'aisselle des feuilles. Le fruit de la plante est ellipsoïde, velu et hérissé d'épines robustes disposées en crochet vers le sommet.

Biologie

Cette plante est annuelle. C'est à partir de mai jusqu'en aout que se fait sa levée qui est très échelonnée. Cet échelonnement est dû à la physiologie de la semence. L'étape de la floraison a lieu de juillet à septembre. Il faut savoir que 80% des graines de la lampourde à gros fruits sont viables et peuvent le rester durant de nombreuses années. Chaque fruit en contient deux. La germination de la première se fait par inhibition de la seconde. Et la deuxième ne pourra germer que lorsque la première sera transformée en plantule. La croissance de la lampourde à gros fruits est très rapide du fait du grand développement de son système racinaire. Il faut une profondeur de levée comprise entre 2,5 et 5 cm pour une germination facile des graines.

Habitat

Cette adventice est fréquente dans le Sud-ouest. On l'aperçoit sur plusieurs types de sols dont les genres lourds, acides, basiques et les neutres. Le plus important pour plante est qu'il y ait suffisamment d'humidité. La lampourde à gros fruits est aussi présente dans les vallées du Midi-Pyrénées. L'espèce colonise les cultures estivales, particulièrement celles du soja et du tournesol. Les cultures d'été faites en mode biologique dans le Sud-ouest sont également envahies par la mauvaise herbe.

Facteurs favorables

Le manque d'herbicides efficaces est à la base du développement de la lampourde à gros fruits dans les cultures de tournesol et du soja. Aussi, les systèmes culturaux à base de céréales d'hiver et de tournesol ont favorisé la croissance de cette adventice, particulièrement dans les coteaux argilo-calcaires du Gers et du Lauragais. La constitution d'importants stocks semenciers de la plante est à mettre au compte des rotations à base de soja, notamment en irrigué.

Nuisibilité

La plante réduit significativement le rendement des cultures d'été à cause de la forte concurrence qu'elle leur fait. En outre, ses graines engendrent de grosses difficultés lors du tri du tournesol. La récolte peut être mauvaise du fait de l'humidité qu'elle installe dans la production. La qualité du stockage en est affectée. Il faut noter aussi la toxicité des graines et des cotylédons de la lampourde à gros fruits. Ainsi, ils sont nuisibles pour les animaux. Cette adventice est capable de favoriser le développement du mildiou du tournesol.

Lutte

La présence de la lampourde à gros fruits peut être limitée par l'introduction des cultures d'hiver dans les rotations de cultures d'été. Il ne sert à rien de pratiquer un labour car cette technique ne permet pas de lutter contre cette mauvaise herbe. On risque même d'aboutir à l'extension de la plante si le labour est fait de façon répétitive. Il est possible d'épuiser le stock semencier de la lampourde à gros fruits en faisant des opérations de déchaumages et des travaux superficiels vers le début de l'automne ou début du printemps. Toutefois, la réussite dépend des conditions météorologiques. Les premières levées de l'adventice peuvent être stimulées par la préparation précoce des semis pour les cultures d'été. Les colonisations de la plante sont évitables en limitant les sources de contamination. Le nettoyage rigoureux des outils de culture est recommandé.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.