Le gaillet gratteron

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Rubiacées.

Le gaillet gratteron est une plante adventice dicotylédone de la famille des Rubiacées, avec comme nom scientifique Galium aparine. La plante est aussi désignée par plusieurs noms vernaculaires dont « agafous », « gratte-cul », « prend-main » et « gratteron ».

La plantule du gaillet gratteron dispose d'une tige et des feuilles verticillées. Très caractéristiques, les cotylédons sont de grande taille et sont elliptiques ou ovales. Leur limbe peut être poinçonné au sommet ou simplement charnu et échancré. Porté par un court pétiole, le premier verticille possède 4 à 6 feuilles. La plante adulte du gaillet gratteron a une tige quadrangulaire de 30 à 120 cm de hauteur. Celle-ci est régulièrement ramifiée et dispose de petits crochets dont elle se sert pour s'accrocher aux plantes environnantes. Regroupées par 6 à 8 verticilles, les feuilles du gaillet gratteron sont tous pareilles. Elles ont des poils crochus au niveau de leur face supérieure, ce qui fait que le gaillet gratteron est rugueux au toucher. Ces poils sont également visibles sur l'arête de la tige carrée, une disposition décisive dans l'« ascension » de la plante. Petites et blanches, les fleurs du gaillet gratteron partent de l'aisselle des feuilles. Cette adventice produit des akènes la plupart du temps rassemblés par deux. Ils ont une forme globuleuse, un diamètre compris en 2 et 4 mm, une couleur brune et sont recouverts d'épines.

Biologie

C'est une plante annuelle dont la levée se fait généralement de septembre à mars. Il faut entre 2 et 13°C pour une température optimale de germination. Toutefois, les plus jeunes semences connaissent une bonne germination entre 2 et 10°C et les semences de plusieurs années germent mieux entre 10 et 20°C. C'est de mai à octobre que la floraison du gaillet gratteron se fait. Pour cette adventice, il faut entre 2 et 5 cm pour une profondeur optimale de levée. La photosensibilité du gaillet gratteron est négative car la germination des semences visibles à la surface des parcelles est inhibée par la lumière. Cette plante connait une dormance faible à l'automne et au début du printemps.

Habitat

On rencontre le gaillet gratteron dans tous les sols cultivés en France. La plante a toutefois une préférence pour les sols calcaires et se développe aussi dans les sols frais, assez riches en matières organiques et en azote. Les zones ombragées sont aussi propices à la croissance de l'adventice. Il faut savoir que ses jeunes plantules sont très sensibles au gel. Concernant son affinité vis-à-vis des cultures, le gaillet gratteron colonise les cultures d'hiver comme le colza et les protéagineux. On voit aussi la plante dans les cultures de printemps comme l'orge, la betterave et la pomme de terre. Les cultures d'été sont moins visitées par le gaillet gratteron, de même que celles faites en mode biologique.

Facteurs favorables

Cette adventice à l'origine n'est pas inféodée aux parcelles cultivées et était plutôt présente dans les zones rudérales et les sous-bois. La plante s'est servie des céréales comme tuteur afin de parvenir à coloniser les zones de culture. La disponibilité en azote des sols est également un facteur de développement de l'adventice. Le gaillet gratteron connait une bonne émergence à cause de la simplification du travail du sol, l'avancée des dates de semis du blé et les rotations à partir de cultures d'hiver. On note ainsi que la pratique des rotations du genre betterave/pois/blé/pois, fréquentes dans les années 1980, a été un facteur déterminant dans l'extension de la mauvaise herbe.

Nuisibilité

On considère le gaillet gratteron comme une plante adventice très préjudiciable aux cultures de colza et des céréales en paille. Cette adventice engendre des pertes importantes de rendement à partir de 2 pieds par mètre carré selon les conditions du milieu. La particularité de la nuisibilité du gaillet gratteron est que celle-ci est tardive. L'adventice engendre une gêne élevée sur les récoltes avec des enroulements autour des rabatteurs et des bourrages. Aussi, cette plante provoque des problèmes de verse et joue aussi sur la qualité en générant de l'humidité dans les lots récoltés.

Méthodes de défense

Il est possible de contrer le gaillet gratteron en faisant des rotations de culture. Il faut pour cela introduire des cultures d'été à la mi-avril et réduire la pression de l'adventice en cultures d'hiver. Les rotations courtes ne sont cependant pas conseillées. Un labour occasionnel est parfois inévitable pour éliminer cette mauvaise herbe. Cette technique est même une bonne solution agronomique du fait de la persistance modérée des graines de l'adventice. On la pratique le plus souvent après un échec ou avant des cultures où il est simple de maitriser le gaillet gratteron.

De faux-semis bien conduits à partir de septembre sont parfaits pour éviter cette plante. Aussi, on peut faire un décalage de la date de semis afin de limiter les levées précoces de l'adventice. Les colonisations de la plante peuvent être contrôlées en gérant bien les bords des parcelles de culture.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.