La digitaire sanguine

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Poacées.

La digitaire sanguine, appelée scientifiquement Digitaria sanguinalis, est une plante monocotylédone de la famille des Poacées. On la classe parmi les adventices. « Grand millet », « sanguinette », « herbe à caille » et « panisse » sont des noms vernaculaires parmi tant d'autres utilisés pour évoquer cette espèce végétale.

La digitaire sanguine, au stade de plantule, est une graminée estivale dont la préfoliaison est enroulée et à abondante pilosité. Elle a une ligule membraneuse tandis que la section de sa gaine est ronde. Les premières feuilles de la plantule sont courtes et larges. La digitaire sanguine en tant que plante adulte peut faire entre 10 et 60 cm de hauteur. Elle est velue, couchée, ascendante et est répandue de plusieurs talles. Poilues sur les deux faces, les feuilles sont courtes. Il y a 3 à 7 faux épis, allant d'un même point, formant l'inflorescence. Très souvent, 1 ou 2 de ces faux épis sont insérés plus bas. La semence de la digitaire sanguine est de petite taille et fusoïde. Elle est plane d'un côté et plutôt convexe de l'autre.

Biologie

Il s'agit d'une plante annuelle exclusivement estivale. C'est à partir d'avril que les premières levées sont observées et celles-ci peuvent s'échelonner jusqu'en été. La floraison est effective de juillet à septembre tandis que la maturation a lieu de septembre à novembre.

Habitat

On aperçoit cette adventice partout, même si elle a une certaine préférence pour les sols légers, acides, sableux, limoneux et silico-argileux. En regardant bien dans les boulbènes du sud-ouest, on apercevra à coup sûr la digitaire sanguine. L'adventice colonise exclusivement les cultures estivales comme celles du soja, du maïs, du sorgho et du tournesol. Il faut particulièrement la craindre dans les cultures biologiques et chercher à la maitriser. En effet lorsqu'elle a passé le stade de 4 à 6 feuilles, il est très difficile pour les outils de la vaincre à cause de son puissant pivot.

Facteurs favorables

En l'espace de 30 ans, il a été constaté un déclin national de la digitaire sanguine. Toutefois, cette mauvaise herbe connait une progression particulièrement rapide au sud-ouest à cause de l'inexistence d'herbicides performants pour contrer ses levées échelonnées dans les cultures d'été. Il a été aussi constaté que l'émergence de cette adventice est importante dans les plantations où le travail du sol n'est pas au point. On se rend compte en outre que la simplification des rotations de culture est en cause dans la progression de la digitaire sanguine au sein des parcelles cultivées.

Nuisibilité

Cette adventice a une nuisibilité élevée et réduit le rendement des cultures comme celles du maïs, du sorgho et du soja. Elle influence aussi la qualité des récoltes en cas de forte présence, en introduisant des impuretés et en augmentant l'humidité des grains.

Lutte

Il est bon de savoir qu'une parcelle où de bonnes rotations sont faites par l'alternance des cultures d'hiver, de printemps et d'été peut ne pas être colonisée par la digitaire sanguine. On note aussi l'efficacité du labour sur cette adventice étant donné que la longévité des semences dans le sol est faible et que la profondeur de levée est très superficielle. De faux-semis faits en avril sont aussi de bonnes solutions, à condition que les conditions soient favorables au développement rapide de la mauvaise herbe. Il faut tout de même reconnaitre que cette méthode, dans ce contexte, est souvent aléatoire. Le décalage de la date du semis est une technique qui ne permet pas de lutter contre la digitaire sanguine au regard de la biologie de cette adventice.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.