Le chiendent rampant

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Poacées.

Le chiendent rampant est une plante monocotylédone de la famille des Poacées. C'est une adventice connue sous le nom scientifique de Elytrigia repens. On peut aussi l'appeler « herbe à deux bouts », « laitue de chien », « blé rampant » ou « trainasse » selon les noms vernaculaires qui lui ont été donnés.

Le chiendent rampant, à l'état de plantule, connait une préfoliaison enroulée et ses premières feuilles sont longues et étroites. De couleur rouge-violacé, les gaines sont très souvent pubescentes et celles des feuilles inférieures sont généralement velues. La plantule est vite identifiable par la présence de deux petites oreillettes à partir de la deuxième feuille. Elle possède une ligule membraneuse assez courte et très tronquée. Le développement de la plante se fait à partir de plusieurs rhizomes de couleur blanchâtre à jaune marron. Ils sont très traçants et parfois profonds. Ils peuvent en effet être enfouis jusqu'à 20 cm. La section des rhizomes est circulaire ou légèrement anguleuse, avec un diamètre de 2 à 3 mm. A l'extrémité de ces rhizomes, on aperçoit une pointe dure. Pour parler de la plante adulte, il faut savoir que les tiges sont dressées, glabres et raides. Une tige de la plante peut atteindre une hauteur de 1,2 m. Les feuilles qu'on aperçoit sont longues, pas assez larges et ligulées. Plusieurs épillets verts composent l'épi et chacun est doté de 2 glumes. Les semences du chiendent rampant sont généralement stériles.

Biologie

Rares, les germinations de cette adventice ont lieu de la fin de l'automne au printemps. Dès qu'elles possèdent 4 ou 5 feuilles, les jeunes pousses produisent des rejets. Pour la formation des rhizomes, les bourgeons entrent en germination au printemps, lorsque les jours sont longs et que les températures sont élevées. La germination et l'émergence des plantules se font parfaitement quand les semences sont enfouies à 5 cm. Au-delà de cette profondeur, la levée se fait difficilement. Le développement des rhizomes est idéal quand la couche du sol est comprise entre 0 et 10 cm. Côté dormance des graines, on trouve le niveau assez faible.

Habitat

C'est une espèce commune dans toute la France, avec une présence plus élevée dans la moitié nord du pays, particulièrement dans le nord-ouest. Cette adventice est mésophile et on la trouve sur tous les sols. Les riches, frais, argileux, neutres, compacts et basiques sont toutefois les plus visités par la plante. On l'aperçoit sous forme de taches denses dans toutes les cultures d'hiver et de printemps. En agriculture biologique, le chiendent rampant colonise généralement les céréales d'hiver, le lin, le maïs et plusieurs cultures d'été, surtout quand le sol est dégradé.

Facteurs favorables

Originaire de l'Europe et de l'ouest de l'Asie, le chiendent rampant est aujourd'hui fréquent dans toutes les régions tempérées et est connue du monde agricole comme une adventice emblématique. Son développement est favorisé par l'absence de travail du sol lors du semis direct et aussi par la répétition des travaux à partir d'outils à disque en interculture. Les colonisations de cette adventice sont également aggravées par la mauvaise adaptation des programmes herbicides. Il faut se méfier des anciennes jachères et des bordures de parcelles non fauchées qui sont souvent des sources d'infestation.

Nuisibilité

Le chiendent rampant fait de la concurrence aux cultures en occupant l'espace et en prélevant les éléments nutritifs du sol. En plus de cela, l'adventice crée des dommages par allélopathie car ses radicelles dégagent une substance toxique qui a une grande responsabilité dans la mauvaise croissance des plantes avoisinantes. En cas d'important envahissement de cette adventice, les cultures sont gênées et il peut avoir une verse de la récolte ainsi que la production de graines humides. Mais il faut dire que dans l'ensemble, on trouve que la nuisibilité du chiendent rampant est moyenne.

Lutte

Les rotations où il y a une parfaite alternance entre les cultures d'hiver, les cultures de printemps et les cultures d'été n'ont rien à craindre du chiendent rampant. Pour la lutte, on peut aussi opter pour le labour de la parcelle, une méthode qui permet d'affaiblir l'activité de l'adventice par la coupe de ses organes multiplicateurs, à savoir les rhizomes. Le déchaumage peut être appliqué dans cette lutte. Il faut pour cela procéder après moisson en utilisant des outils à dents capables de passer à 10 ou 15 cm de profondeur.

Les rhizomes seront ainsi remontés à la surface avant d'être desséchés par le soleil ou le vent de l'été. Il ne faut pas utiliser d'outils à disques qui ne feront que fragmenter les rhizomes et ainsi favoriser leur extension. On peut décaler la date de semis comme c'est le cas avec le semis précoce du blé d'hiver qui donne de bons résultats en permettant à la culture de prendre de l'avance sur le développement de l'adventice.

On peut lutter contre le chiendent rampant en évitant la formation de ses graines aux abords des parcelles. Il est aussi possible de faire preuve d'ingéniosité en installant les cultures de sorte qu'elles gênent la croissance et le développement de la mauvaise herbe. Comme cette plante peut s'accrocher sur les outils utilisés pour le travail du sol, il est conseillé de bien nettoyer ces outils après utilisation.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.