L'amarante réfléchie

Article publié , mis à jour , dans Plantes adventices, Amarantacées.

L'amarante réfléchie est une plante adventice appartenant à la famille des Amarantacées. Elle est de la classe des dicotylédones et on la dénomme scientifiquement Amaranthus retroflexus. L'amarante réfléchie est aussi désignée par plusieurs noms vernaculaires comme « chenillée », « langue-de-femme » et « queue de renard ».

La plantule de l'amarante réfléchie possède une tige poilue et ses feuilles sont alternes. Cette pilosité prend de l'ampleur en fonction de l'ordre d'apparition des feuilles. De taille moyenne, les cotylédons au pétiole court laissent voir des limbes elliptiques allongés et une nervure médiane généralement de couleur rouge violacé. A part la première feuille qui est elliptique, les autres sont ovales et sont plus ou moins échancrées vers le sommet. Leur face inférieure est parfois de couleur rouge violacé, une coloration qu'on ne voit plus chez la plante adulte. A propos de plante adulte, la tige principale de celle-ci est également poilue, dressée et cannelée. Elle peut mesurer plus d'1 m de hauteur et on aperçoit plusieurs ramifications à sa base. La tige affiche des feuilles alternes et ovales possédant un pétiole poilu parfois coloré de rouge. Une échancrure dotée d'un mucron est visible au sommet du limbe. Les fleurs de la plante adulte sont rassemblées en panicule dense constituée d'un épi terminal de couleur vert jaunâtre. Au niveau de la semence, le fruit de l'amarante réfléchie possède une graine noire avec un contour ovoïde. Lenticulaire et luisante, la semence peut faire entre 1 et 1,1 mm de diamètre pour une épaisseur comprise entre 0,8 et 0,9 mm.

Biologie

L'amarante réfléchie est une plante annuelle dont la germination se fait entre avril et septembre, la période de mai à juillet étant la plus optimale. La floraison a lieu de juillet à octobre et la maturation d'aout à octobre. Pour que les germinations soient franches, il faut que l'amarante réfléchie soit à des températures élevées, généralement comprise entre 18 et 20°C. Les conclusions de plusieurs études indiquent que la dormance primaire de l'amarante réfléchie est moyenne. Elle est toutefois plus accentuée au niveau des semences récoltées sur les plantes jeunes en comparaison aux récoltes issues des plantes sénescentes, c'est-à-dire en fin de fructification. Il faut aussi noter que les semences des jours longs à 20°C ont une dormance plus élevée que les semences formées à la même température mais en jours courts, ainsi que celles en jours longs mais à 25°C. Ces différentes tendances peuvent être atténuées par l'enfouissement, même si cela ne les supprime pas. Pour une levée de l'amarante réfléchie, la profondeur optimale, superficielle, est comprise entre 0,5 et 3 cm.

Habitat

Cette adventice aime les sols meubles, perméables, riches en azote et possédant une structure grumeleuse. On l'aperçoit sur l'ensemble du territoire français, avec toutefois une faible présence dans les régions du Nord et de la Champagne. L'amarante réfléchie se signale dans les cultures faites en mode conventionnel. Elle se développe ainsi au sein des cultures estivales comme celles consacrées au tournesol, au maïs, au sorgho ou au soja. Elle apparait aussi au printemps et colonise plusieurs cultures dont celles des protéagineux, de la betterave et de la pomme de terre. L'amarante réfléchie n'épargne pas aussi les cultures biologiques et sa grande capacité à produire des graines fait d'elle une adventice particulièrement problématique.

Facteurs favorables

Le niveau de richesse minérale du sol et la nature de l'humidité sont des éléments qui entrent en ligne de compte dans le développement de l'amarante réfléchie. Lorsque ces conditions sont moyennes, la plante prend une taille réduite. Mais si celles-ci sont élevées, l'amarante réfléchie devient exubérante et produit une multitude de ramifications basales. Il a été montré à travers une étude faite sur la flore du maïs que cette adventice pouvait se maintenir à une fréquence élevée dans les cultures de cette céréale depuis plus de 30 ans. Certaines pratiques agricoles favorisent aussi l'extension de l'amarante réfléchie. C'est le cas par exemple des retours fréquents de cultures de printemps et d'été qui ne sont pas bien contrôlées. Concernant le maïs, la monoculture est une technique qui agrandit les risques de survenue des problèmes de désherbage et donc de suppression de l'adventice. L'amarante réfléchie est également à craindre dans les cultures où le sol subit fréquemment un bouleversement à 15 cm ou un peu plus en profondeur.

Nuisibilité

L'amarante réfléchie a un impact sur le rendement des cultures envahies. La production abondante de ses graines, sa croissance rapide et son faible taux de décroissance annuel sont les éléments clés de sa nuisibilité. L'amarante réfléchie entre en concurrence avec les cultures, qu'elles soient faites en été ou en hiver. Il faut toutefois reconnaitre que sa nuisibilité est faible pour les cultures hivernales. Cette adventice influence aussi négativement la qualité des récoltes. En effet, ses graines sont toxiques et contaminent les produits récoltés, notamment dans les cultures porte-graines de plantes potagères. Cette toxicité des graines de l'amarante réfléchie représentent un problème pour le bétail.

Lutte

En respectant une rotation des cultures, il est possible d'éviter l'amarante réfléchie. Pour cela, il faut introduire des cultures d'hiver entre 2 cultures d'été à intervalle maximal de temps. Le plus important est d'éviter les retours réguliers et successifs aux cultures d'été. Le labour n'est pas une technique efficace dans la lutte contre l'amarante réfléchie étant donné que les graines de l'adventice peuvent rester viables dans le sol pendant longtemps. C'est pareil pour la méthode de décalage de la date des semis qui ne donne pas de bons résultats à cause de la période propice de germination de l'adventice qui est le mois de mai. On peut essayer le déchaumage et le faux-semis, deux techniques permettant d'épuiser le stock semencier dans les premières couches du sol. Par ailleurs, en nettoyant bien les outils de culture et en entretenant correctement les fossés et les abords, il est possible de limiter la croissance de l'amarante réfléchie.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.