AGRONEO

Maladies de la pomme de terre

Article publié , mis à jour . Par .

La pomme de terre peut être affectée par plus d'une centaine de pathologies végétales et épidémiologiques. Une gamme variée de virus, de bactéries et bien d'agents pathogènes peuvent gravement nuire à la croissance végétative et réduire considérablement la productivité de la plante. Ces micro-organismes néfastes ont également des conséquences négatives au niveau de l'aspect et de la qualité des tubercules. Les pathologies les plus courantes sont essentiellement d'ordre viral, bactérien et fongique.

Les maladies virales de la pomme de terre

Plusieurs virus sont capables d'infecter la pomme de terre avec pour conséquence le rabougrissement de la plante ainsi que des malformations au niveau des feuilles et des tubercules. Il existe environ une trentaine de virus (Virus X, Y, M, S, U, etc.) qui appartiennent à des genres différents ( Protyvirus, Protexvirus, Necrovirus, Alfamovirus). Les pathologies à souche virale les plus courantes sont :

  • La mosaïque est une pathologie végétale, qui, en ce concerne la pomme de terre, se manifeste par une décoloration au niveau des feuilles avec une alternance de zones dominées par un coloris vert foncé et vert clair. Les symptômes de la mosaïque sont les effets manifestes de plusieurs virus, notamment les virus A, Y et S.
  • La frisolée se manifeste par des feuilles de petites tailles, déformées et décolorées. Cette pathologie virale est provoquée par les virus Y et A.
  • La jaunisse des nervures est caractérisée par le jaunissement des nervures et des limbes. Ce jaunissement est provoqué par des virus qui appartiennent au genre Crinivirus, en l'occurrence le virus PYVV ( Potato yellow vein virus).

Les maladies bactériennes de la pomme de terre

Les agents pathogènes d'origine bactérienne, sont bien connus au niveau de la pomme de terre. Ils affectent la plante en général, les tiges ou les feuilles en particulier ainsi que les tubercules. Ces bactéries provoquent ainsi un certain nombre de lésions qui indiquent l'apparition d'une pathologie bien définie. Il s'agit, entre autres, de la flétrissure bactérienne, de la gale commune ou de la jambe noire.

  • La flétrissure bactérienne a pour agent causal une bactérie dénommée Clavibacter michiganensis. Les principaux symptômes de cette pathologie sont le jaunissement et le flétrissement des feuilles caractérisées plus tard par des bords qui brunissent. Ce flétrissement affecte la plante qui ne se développe plus. Cet arrêt de croissance entraîne un effondrement de la plante. Sous l'effet de cette bactérie, les tubercules brunissent et pourrissent complètement.
  • La gale commune est une pathologie qui défigure les tubercules avec des pustules et des taches liégeuses. En dehors du tubercule, la bactérie responsable de cette maladie, Streptomyces scabei, attaque également les racines sur lesquelles se développent alors des lésions caractérisées par un coloris brun foncé.
  • La jambe noire a pour symptômes dominants des lésions noires sur la base de la tige et une décoloration sur les feuilles qui jaunissent ou verdissent avec une teinte pale. La plante ne croît plus et devient naine. Quant aux tubercules, ils pourrissent à l'intérieur et deviennent une masse liquide. L'agent causal de cette pathologie qui également appelée pourriture bactérienne est Erwinia carotovora.

Les maladies fongiques de la pomme de terre

Les pommes de terre infectées par des micro-organismes, notamment les champignons développent des pathologies fongiques au nombre desquelles figurent l'alternariose, la dartrose, la gangrène.

  • L'alternariose ou la brûlure alternarienne se manifeste au niveau des feuilles. Celles-ci sont marquées des tâches noires de forme circulaire ou ovale. Ces petites tâches grandissent laissent apparaître des anneaux concentriques rapprochés. Les deux champignons responsables de cette pathologie, Alternaria solani et Alternaria alternata, n'épargnent pas les tubercules qui sont ainsi affectés par des lésions circulaires et des pourritures brunes.
  • la dartrose est provoquée par un champignon, Colletotrichum coccode, qui induit un jaunissement des tiges qui s'enroulent avant de se dessécher. La pourriture des racines et des tubercules sont également des dommages engendrés par ce champignon.
  • La gangrène ou pourriture phoméenne, est liée à l'action manifeste du Phoma foveata, un champignon qui est à l'origine du jaunissement prématuré des feuilles et de la pourriture sèche des tubercules.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.