Faire du foutou avec du taro

Article publié , mis à jour , dans Cuisson du taro.

Avec le taro, il est possible de faire du foutou. Dans le cadre de l'élaboration de ce plat africain, il est courant de combiner plusieurs tubercules. Par exemple, le foutou banane est généralement fait avec de la banane et du manioc tandis que le manioc est associé à l'igname pour du foutou igname. Mais dans le cadre du foutou taro, seul du taro est utilisé.

C'est dans la famille des aracées qu'on trouve le taro. Ce tubercule comestible est toujours cuit avant d'être consommé en ragout, d'être réduit en foufou ou bien d'être pilé pour obtenir du foutou.

Le foutou est un mets africain qui se réalise avec un tubercule, à l'instar du taro. Pour le réussir, il impose de suivre plusieurs étapes.

Préparation

Il faut choisir des taros fermes et bien lourds si on veut faire du foutou. Les tubercules achetés sont épluchés sous l'eau courante pour non seulement exécuter rapidement le retrait de la peau mais surtout éliminer le liquide visqueux présent dans le taro. On peut choisir de porter des gants pour cette opération. Le taro est découpé ensuite en deux ou trois. On procède ainsi car il n'est pas nécessaire de faire un découpage en de petits morceaux et le taro n'est pas volumineux de nature. Certains spécimens de très petite taille peuvent même être laissés tels qu'ils sont après épluchage. Après un bon lavage, les morceaux de taro sont placés dans une casserole pour l'étape suivante.

Cuisson

Pour faire du foutou taro, le tubercule doit préalablement être cuit à l'eau. Les morceaux du tubercule sont dans ce cas placés dans une casserole. On y verse de l'eau de manière à recouvrir entièrement le taro et on la fait bouillir. Du sel peut être ajouté si on souhaite que le foutou soit salé. Quinze minutes après l'ébullition, les morceaux de tubercule sont cuits. On s'en rendra compte en les piquant avec une fourchette car la chair se laisse pénétrer facilement. Il faut retirer les morceaux de taro et passer aux dernières opérations.

Opérations finales

Il est n√©cessaire de poss√©der un mortier et un pilon pour faire du foutou de taro. Ces deux √©l√©ments sont utilis√©s pour l'op√©ration de pilage du tubercule. On s'y prend en mettant dans le mortier les morceaux de taro un par un. D√®s qu'un morceau est mis dans le mortier, on le pile aussit√īt avant de mettre le prochain. On continue de la sorte jusqu'√† ce que tous les morceaux soient pil√©s. Lorsque c'est le cas, l'op√©ration de pilage est poursuivie jusqu'√† ce qu'on obtienne une p√Ęte compacte. Il est absolument n√©cessaire de faire un m√©lange √† la main pendant qu'on pile, ceci pour avoir la certitude d'obtenir une p√Ęte homog√®ne. Il est permis d'arroser l√©g√®rement la p√Ęte pour une constitution rapide de celle-ci. Il faut veiller √† ne pas y mettre beaucoup d'eau au risque de faire un foutou trop mou et pas agr√©able. A la main, on r√©alise des boulettes en fonction de la quantit√© de l'aliment. Il est conseill√© de consommer directement le foutou taro qui a tendance a vite durcir.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.