Le taro

Article publié , mis à jour , dans Légumes tubercules, Aracées.

Le taro, de son nom scientifique Colocasia esculenta est une herbacée pérenne appartenant à la famille des Aracées (famille à laquelle appartient également le macabo). La plante est cultivée pour son tubercule farineux de couleur rose, dont le goût rappelle celui de la patate douce. Le nom de la plante provient du tahitien.

taroLe taro est pourvu d'un rhizome (partie souterraine de la tige) tubĂ©reux recourbĂ©  Ă  la peau Ă©cailleuse. Ses grandes feuilles cordiformes (en forme de cĹ“ur) sont vertes ou violacĂ©es. Ces feuilles, dont l'aspect rappelle des oreilles d'Ă©lĂ©phant, peuvent mesurer  70 cm de long et 60 cm de large. L'aire de culture de la plante couvre actuellement toute la zone tropicale. Les Ă©tudes indiquent que la plante proviendrait de l'Inde.

Culture du taro

La production mondiale de taro est essentiellement vivrière. En effet, le commerce de ce tubercule est très marginal. La culture du taro requiert une pluviosité de 2000 mm de pluie par an. Le taro est une plante très plastique. Ainsi, il pousse aussi bien dans les marécages que dans les zones de haute altitude.

Système de culture

La culture du taro est le plus souvent conduite en association avec d'autres cultures telles que l'aubergine et l'igname.

Plantation

La propagation est effectuée par bouturage. A cet effet, le tubercule est tronçonné en petits fragments. On prendra cependant soin de s'assurer que chaque fragment comporte un œil. Les boutures sont mises en terre au début de la saison des pluies. A cet effet, le sol doit être suffisamment humide pour que la bouture puisse germer.

Ennemis du taro

La principale maladie du taro est la pourriture racinaire qui est due à un champignon microscopique nommé Pythium myriotylum. L'utilisation de metaxyl, un fongicide systémique permet de venir à bout de cette maladie. Il est vivement conseillé d'effectuer des rotations de culture afin de réduire le stock de pathogène dans le sol.

RĂ©colte

Les jeunes feuilles peuvent être récoltées dès que la plante est assez vigoureuse. Pour les tubercules, il faudra cependant attendre 6 à 7 mois. La récolte peut s'effectuer dès que les premières feuilles commencent à se faner. Toutefois, il est conseillé de faire des récoltes plus tardives si on veut des tubercules plus gros. Le tubercule se conservant mal, il faudra étaler la récolte sur plusieurs mois. La récolte se fait à la main. Les cultivateurs utilisent à cet effet divers outils tels que des machettes et des houes.

Consommation

Le taro est consommé braisé, bouilli, frit à l'huile de palme ou en purée. Il s'apprête d'une façon similaire à celle de la pomme de terre. L'amidon constitue le principal constituant (30 à 33%) du tubercule. Celui-ci est cependant pauvre en protéines et en lipides. Cru, le taro est immangeable à cause de l'oxalate de calcium qu'il contient. La cuisson élimine cette substance irritante. Les jeunes pousses bien cuites, servent de légume-feuilles. Ces feuilles sont très riches en protéines (20%).

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.