Le flétrissement bactérien de la tomate

Article publié , mis à jour , dans Maladies de la tomate, Tomate, Flétrissement bactérien.

Le flétrissement bactérien est une pathologie dévastatrice de la tomate. Egalement appelée brûlure bactérienne du Sud, cette bactériose cause d'importantes pertes de rendement. Elle est répandue dans les régions tropicales et subtropicales ainsi que dans certaines zones tempérées du monde.

Agent pathogène

Ralstonia solanacearum est l'agent pathogène du flétrissement bactérien. Cette bactérie vit dans le sol et est capable de vivre de façon prolongée pendant plusieurs années à une profondeur de 30 cm. Les pratiques d'irrigation, les meurtrissures des plantes issues des pratiques culturales, l'eau de ruissellement et les outils aratoires facilitent la dissémination de cette bactérie.

Symptômes

La bactérie s'attaque aux racines puis obstrue la tige. Elle empêche, ainsi, la circulation de l'eau et des éléments nutritifs. Les feuilles sont ainsi privées de nutriments et manifestent, de ce fait, les symptômes de cette bactériose, notamment le flétrissement du feuillage. Avec le développement actif de la pathologie, ce flétrissement affecte également toute la plante qui s'étiole, se rabougrit et meurt.
D'autres symptômes peuvent apparaître au niveau du collet avec l'émergence des racines adventices, sur les tiges principales. L'intérieur des tiges infectées, est imbibé d'eau et marqué par une coloration brune du système vasculaire. A un stade avancé, la tige peut être creuse. Une coupe des tiges contaminées, laisse suinter un exsudat collant dominé par un coloris blanc laiteux.

Moyens de lutte

La lutte contre le flétrissement bactérien est essentiellement préventive. Des mesures prophylactiques permettent d'empêcher ou de freiner l'apparition de cette pathologie végétale ainsi que la propagation de la bactérie. Le choix des parcelles non infestées et l'utilisation des semis exempts d'agent pathogène, des variétés résistantes ainsi que la rotation des cultures sont des mesures préventives. Pour limiter la dissémination de l'agent pathogène, les plants et les résidus végétaux contaminés doivent être détruits, les outils aratoires, les équipements doivent être désinfectés en évitant, par ailleurs, les blessures des feuilles, des racines lors de la transplantation, du repiquage ou de l'entretien cultural.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.