La fusariose vasculaire de la tomate

Article publié , mis à jour , dans Tomate, Maladies de la tomate, Fusariose.

Les plants de tomate peuvent être victimes de plusieurs pathologies fusariennes au nombre desquelles figure la fusariose vasculaire. Cette pathologie à souche fongique et particulièrement dommageable, affecte la croissance végétative de la tomate. Egalement appelée la flétrissure fusarienne, elle est généralement observée sous les climats tropicaux ou subtropicaux.

L'agent pathogène de la fusariose vasculaire

C'est un champignon du genre Fusarium dénommé Fusarium oxysporum f. sp. Lycopersici, en abrégé FOL, qui est l'agent causal de la fusariose vasculaire. Ce micro-organisme phytopathogène résiste au froid avec une préférence pour les températures élevées et l'humidité. Il se développe rapidement dans les sols riches en azote et faibles en potassium. Il peut vivre dans le sol à une profondeur de 80 cm pendant plusieurs années.

Les symptĂ´mes de la fusariose vasculaire

Le champignon responsable de la fusariose vasculaire s'infiltre dans les racines et se repartit dans toute la plante par le biais des vaisseaux qui conduisent l'eau dans les différents organes de la tomate. Cette pathologie débute avec le jaunissement longitudinal d'un côté de la plante ou des feuilles. Ce jaunissent affecte d'abord les feuilles basales, puis les plus âgées, ensuite le feuillage infecté est caractérisé par un flétrissement, un brunissement et une défoliation. Les tissus vasculaires brunissent également, la tige, marquée par des lésions, se décolore. A un stade avancé, cette pathologie ralentit la croissance de la plante infectée, qui ne produit plus de fruits ou très peu, se dessèche et meurt prématurément.

La lutte contre la fusariose vasculaire

Il n'existe de produits chimiques ou de fongicides particulièrement efficaces contre la fusariose vasculaire. Toutefois, des mesures préventives permettent d'enrayer ou de limiter au minimum les risques d'infection ou de propagation de cette pathologie. La plantation de variétés résistantes, l'amélioration des conditions du sol par le biais d'un bon drainage et d'un niveau d'humidité convenable ainsi que la destruction des plants infectés, constituent des mesures prophylactiques contre la dissémination de la flétrissure fusarienne. Aussi, il convient de désinfecter les outils ou les équipements préalablement en contact avec le sol infecté et d'éviter toute blessure des racines ainsi que toute application excessive de fertilisation azotée. La fumigation du sol permet également de combattre l'agent phytopathogène de la fusariose vasculaire.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.