La mouche blanche du coton

Article publié , mis à jour , dans Coton.

Egalement appelé aleurode du tabac, aleurode du cotonnier ou encore aleurode de la patate douce, la mouche blanche du coton est un insecte hémiptère appartenant à la famille des Aleyrodidae. Son nom scientifique est Bemisia tabaci. De répartition cosmopolite, la mouche blanche du coton a été décrite pour la première fois en Grèce, en 1889. L'insecte est distribué dans toutes les régions tropicales et subtropicales, ainsi que dans les régions tempérées où les cultures en serre sont légion. Les épidémies engendrées par la mouche blanche du coton causent des pertes importantes au niveau de la production du coton et aussi en termes de qualité de la fibre.

En vue latérale, l'insecte a une forme aplatie et ses bords latéraux sont obliques. On observe sur lui 7 paires de soies dorsales. Au repos, l'adulte de la mouche blanche du coton laisse voir des ailes en toit. Cet insecte passe par 6 stades de développement dont un stade d'œuf, 4 stades en tant que larve et un stade adulte.

Après le stade d'œuf, la larve se montre mobile à la naissance et s'active pendant des heures afin de trouver de la nourriture. Au deuxième stade, elle s'installe dans un endroit à sa convenance, perd ses pattes et reste complètement immobile.

Il arrive ensuite le troisième stade où la larve est aplatie et transparente, ce qui la rend difficile à repérer. Au dernier stade, la larve parvient à sécréter de la cire et possède des yeux rouges : on la nomme en ce moment pupe. Une fois au stade adulte, l'insecte est plus facile à observer sur les plantes à cause de sa couleur blanchâtre, sa taille assez petite et sa mobilité relative.

Dégâts causés

L'insecte entraine une diminution de la vigueur du plant de coton en suçant la sève de celui-ci. Il injecte sa salive qui contient des enzymes et des toxines capables de perturber les différents processus physiologiques de la plante. On constate par exemple une maturité précoce du coton et une coloration irrégulière. L'insecte sécrète en abondance un miellat qui favorise le développement de la fumagine. On note aussi la transmission de plusieurs virus phytopathogènes du fait de la mouche blanche du coton dont des crinivirus, des begomovirus et des ipomovirus. Les dégâts de cet insecte peuvent engendrer la perte de la totalité d'une récolte.

Méthodes de Lutte

A travers des pièges à glu jaunes, il est possible de mettre la mouche blanche du coton hors d'état de nuire. Ces pièges permettent d'avoir des informations essentielles comme le mouvement des adultes dans les cultures, les éventuelles migrations avant la mise en place des plantations et les fluctuations du niveau des populations.

Il est aussi possible de limiter les attaques de la mouche blanche du coton par l'installation de filets à insectes. En outre, la lutte contre ce ravageur peut être biologique avec l'utilisation de prédateurs naturels comme la coccinelle.

Par ailleurs, certains produits chimiques ont montre une efficacité dans l'élimination des populations de mouches blanches du coton. Toutefois, il faut privilégier ceux qui ont une action de contact leur permettant ainsi d'agir sur la cuticule de l'insecte ou sur son système intérieur. L'application de ces produits doit se faire au niveau de la face inférieure des feuilles du bas où le ravageur aime se cacher.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.