AGRONEO

Corossol fruit du corossolier (Annona muricata)

Article publié , mis à jour . Par et .

Le corossol est un fruit comestible produit par le corossolier, encore appelé anone, un arbuste de la famille des Annonacées. Le nom scientifique de l'anone est Annona muricata. Le corossolier est un petit arbre sempervirent dont la taille peut atteindre 4 m de hauteur. Ses jeunes pousses sont pubescentes et ses feuilles ovales ont entre 8 et 16 cm de long avec une largeur de 3 cm. Les pétales du corossolier, quant à eux, sont jaunâtres. Les fruits de la plante, d'une couleur verte sombre sont hérissés d'épines. Leur goût acidulé rappelle celui du litchi. Cette baie charnue peut peser jusqu'à 2,5 kg.

Le corossolier est une plante, qui pousse très bien sur les sols pauvres des régions tropicales entre 0 et 1200 m d'altitude. Au delà de cette altitude, la culture n'est plus possible car la plante craint le gel. L'anone préfère les sols à pH légèrement entre 6 et 6,5.

Semis du corossol

La multiplication est généralement assurée par semis de graines, mais la plante se prête bien à la reproduction asexuée. Le marcottage et le greffage peuvent être utilisés pour la propagation de l'anone.

Les graines pour la production de plants doivent provenir de gros fruits cueillis sur des arbres âgés et vigoureux. Les graines extraites des fruits seront lavées puis séchées. Elles peuvent être stockées, mais il est préférable de les semer immédiatement.

Pépinière

Le semis direct est possible, mais vu le faible taux de réussite, il est vivement conseillé de recourir à une pépinière. La pépinière peut être conduite dans des sachets en polyéthylène ou sur des billons. Cette pépinière sera conduite sous combrière et on veillera à maintenir un taux d'humidité adéquat en arrosant régulièrement.

Transplantation des plants de corossoliers

La transplantation pourra s'effectuer 6 à 8 mois plus tard. Avant la transplantation, il faudra acclimater les plants au plein air afin d'éviter un choc. Les distances de transplantation varient de 4×4 m à 7×7 m. L'alignement des plants peut être linéaire ou triangulaire. En mode linéaire, on aura une densité de plantation variant de 204 à 635 et en quinconce on aura une densité de semis de l'ordre de 235 à 719.

Préparation du sol

Dans les systèmes extensifs, le sol est d'abord labouré, puis on fait un hersage. Les petits exploitants se contentent d'un simple rabattage de la broussaille. Des trous de 50 cm de profondeur et 50 cm de diamètres sont ensuite creusés afin d'accueillir les plants.

Fertilisation

Afin d'assurer une croissance vigoureuse, on veillera à des apports réguliers d'engrais notamment au début et à la fin de la saison pluvieuse. Le programme de fertilisation pourra débuter un mois après la mise en terre.

On utilisera à cet effet du sulfate d'ammonium 21-0-0, à la dose de 100 à 150 grammes par arbre. Cette dose est progressivement accrue jusqu'à la fructification, où l'on épandra du NPK 14-14-14 à la dose de 250 à 300 grammes par arbre. Afin d'assurer une meilleure fixation des engrais minéraux, on prendra soin de faire des apports réguliers d'engrais organiques.

Taille du corossolier

Il faudra tailler régulièrement le corossolier afin de favoriser la dispersion des branches, la circulation de l'air et la pénétration des rayons lumineux. Les branches pourries ainsi que les parties aériennes malades devront être également élaguées.

Association de cultures

Des cultures intercalaires telles que les céréales, les plantes à tubercule, les légumineuses et les plantes potagères pourront être associées aux plants immatures. Le corossolier peut être également associé à des plantes pérennes comme les agrumes et la banane.

Lutte contre les ennemis du corossolier

Comparativement aux autres arbres fruitiers, le corossolier est plutôt peu sujet à des attaques de ravageurs. Il peut cependant être infesté par des cochenilles, des chenilles arpenteuses, et la mouche des fruits (Ceratitis capitata).

Les principales maladies sont l'anthracnose et la pourriture des racines. La lutte contre les ennemis de la culture inclura non seulement la prévention (l'élimination des hôtes intermédiaires, l'élimination et le brûlage des branches malades, les tailles et l'élimination des fruits tombés), mais également la lutte curative par l'emploi de pesticides chimiques ou biologiques.

Récolte du corossol

La floraison a lieu tout au long de l'année avec un pic dans la période courant de mai à juin. Les fruits sont récoltés lorsqu'ils sont totalement formés mais pas encore mûrs. Les fruits matures ont leurs épines dressées e éloignées les unes des autres. Leur couleur vert sombre du début vire au vert pâle ou au jaunâtre.

La cueillette est effectuée de façon sélective car tous les fruits n'arrivent pas à maturité au même moment. La récolte annuelle peut varier entre 5 et 18 tonnes à l'hectare en fonction du degré d'intensification.

Consommation

La chair laiteuse et acidulée peut se consommer une fois que le fruit est mûr. Les extraits sont utilisés pour la confection de glaces alimentaires.

La saveur du fruit évoque les chewing-gums malabar. La chair du fruit du corossolier, ses feuilles, de même que les graines entrent dans la pharmacopée traditionnelle des régions où il est cultivé.

Dans une région reculée du Guatemala, les graines du corossolier sont sculptées, puis vendus comme décoratifs.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.