La canne à sucre

Article publié , mis à jour , dans Poacées, Céréales.

La canne √† sucre est une plante du genre Saccharum appartenant √† la famille des Poac√©es. C'est une grande gramin√©e tropicale herbac√©e √† port de roseau. Elle est cultiv√©e principalement pour sa tige de laquelle on extrait du sucre. D'ailleurs jusqu'au d√©but du XIXe si√®cle, c'√©tait la seule importante source de production de sucre dans le monde et elle repr√©sente aujourd'hui entre 70 et 80% de cette production. La canne √† sucre serait originaire de l'archipel de la Nouvelle-Guin√©e et serait partie de l√† pour se r√©pandre dans les √ģles du Pacifique et dans l'oc√©an Indien. Sa culture est tr√®s d√©velopp√©e en Am√©rique du Sud ‚Äď particuli√®rement au Br√©sil qui est le premier producteur mondial ‚Äď, en Am√©rique du Nord, en Asie et aussi en Australie. Actuellement, on ne trouve plus la canne √† sucre √† l'√©tat sauvage.

Cette grande graminée peut faire une hauteur comprise entre 2,5 m et 6 m. Le diamètre d'une tige part généralement de 1,5 cm à 6 cm. Celles-ci sont pleines. Les feuilles de la canne à sucre sont alternes et sont réparties en 2 files opposées. Leur limbe fait environ 1 m de long pour une largeur comprise entre 2 et 10 cm. On en compte 10 sur une plante en pleine croissance et on remarque que la partie inférieure d'une tige se dénude au fur à mesure du développement de cette tige pendant qu'un dessèchement survient sur les feuilles basses.

Variétés

Il existe une multitude d'espèces et hybrides et plus de 4 000 variétés de canne à sucre dans le monde. On cite l'Isautier, le Tamarin, le Mapou, l'Otaiti et le R 570 parmi les variétés les plus connues.

Culture

Pour faire une bonne culture de canne à sucre, il faut que le sol soit riche en matières organiques. Un pH neutre, légèrement acide ou alcalin est acceptable. Une légère salinité du sol est permise mais il faut savoir que dans ce cas, les rendements peuvent être réduits. La canne à sucre est une plante qui ne supporte pas le froid et qui a besoin d'un bon ensoleillement pour une croissance optimale.

Méthodes

En tant que gramin√©e, la canne √† sucre produit des graines. Ainsi, sa reproduction peut √™tre faite par semis. Mais le plus souvent, on proc√®de par bouturage. La canne √† sucre, au bout de son d√©veloppement, finit par se coucher et des bourgeons √©mergent au niveau de chaque nŇďud et √† la t√™te. La plante arrive ainsi √† coloniser sur une distance allant de 2 √† 4 m, en fonction de sa taille. Dans le cadre d'une culture commerciale, la canne √† sucre mature est souvent coup√©e en section de 2 nŇďuds, parfois plus, et est mise en terre en ligne dans un sillon. C√īt√© espacement, les sillons doivent √™tre √©loign√©s de 1,5 √† 2 m.

Entretien

Il faut beaucoup d'eau pour r√©ussir la culture de la canne √† sucre. Les besoins annuels pour un hectare est de 13 000 √† 15 000 m√®tres cubes d'eau si les syst√®mes d'irrigation ne sont pas tr√®s performants. Il est bon de mod√©rer les apports en azote pour les jeunes plants ou les cannes en maturation, et plut√īt les √©lever lors de la p√©riode de forte croissance interm√©diaire.

Maladies et ennemis

Plusieurs maladies d'origines virales, fongiques ou bactériennes affectent les cultures de canne à sucre. Parmi les plus courantes, il y a le mildiou, la rouille brune, le charbon, la morve rouge, la pourriture des racines et la tache jaune. Aussi de nombreux ravageurs menaces les champs de canne à sucre. Il y a par exemple des chenilles qui ont tendance à forer les tiges, les nématodes et vers blancs qui rongent les racines ainsi que les fourmis, aimant particulièrement le sucre, qui se signalent en perçant des trous sur la plante.

Récolte

Selon les techniques agricoles, la récolte peut avoir lieu après 10 à 12 mois ou au bout de 14 à 16 mois. La maturation de la canne à sucre se situe pendant la saison sèche, propice pour une augmentation du taux de sucre. A ce moment, la floraison n'est pas encore effective, de même que la production de graines. La récolte doit se faire avant ces deux évènements car ceux-ci entrainent une baisse du taux de sucre.

L'op√©ration est men√©e par des coupeurs qui sectionnent la tige au-dessus du premier nŇďud, √ītent la t√™te et la coupent parfois en deux si celle-ci est trop longue. Avant de commencer, ils br√Ľlent les abords du champ pour faire fuir les serpents et faciliter l'acc√®s. La r√©colte peut √™tre m√©canis√©e et il existe √† cet effet une diversit√© d'appareils comme les faucheuses autotract√©es. Les petites exploitations traditionnelles ont des rendements de 40 tonnes par hectare tandis que les exploitations plus vastes permettent d'obtenir entre 60 et 80 tonnes par hectare.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.