Le flétrissement bactérien du riz

Article publié , mis à jour , dans Maladies du riz, Riz, Flétrissement bactérien.

Le flétrissement bactérien est une maladie bactérienne que les producteurs de riz prennent très au sérieux. La pathologie est considérée comme l'une des plus dévastatrices des cultures de riz, particulièrement en Asie où les pertes de rendements peuvent aller au-delà des 50%. Le flétrissement bactérien du riz a fait son apparition en Afrique, particulièrement au Sahel, en 1979 à partir du Mali. La situation causée par cette pathologie est encore plus préoccupante quand on se rend compte qu'il n'existe pas de méthodes efficaces de lutte contre celle-ci.

Agents pathogènes

Le flétrissement bactérien du riz est causé par des protéobactéries du genre Xanthomonas dont Xanthomonas oryzae. Ce type d'agents pathogènes attaque les cultures de riz à la faveur de l'humidité printanière et entre généralement en activité les 4 semaines suivant la fin de la floraison.

Symptômes

Lorsque la maladie se signale, il apparait une petite tache mouillée à la périphérie des feuilles inférieures des plantules. Cette tache finit par s'étendre et provoque un jaunissement de ces feuilles. Plus tard, celles-ci sèchent et se fanent. Des lésions apparaissent à leur tour sur le limbe, généralement vers les bords à partir de la pointe, et prennent de l'ampleur en ayant un contour ondulé. Elles deviennent jaunes et sèches et trempent les zones voisines des parties saines. Les grains de riz peuvent être atteints par la maladie dans les champs très contaminés. On s'en aperçoit par des taches de couleur altérée sur les glumes qui, souvent, sont entourées d'une marge mouillée. En plus de ces symptômes, on remarque sous les tropiques un dessèchement des feuilles et des plants entiers ou kresek, et la présence de feuilles affichant un jaune pâle à un certain stade de croissance.

Lutte

En l'absence de traitements efficaces de la maladie, la lutte contre celle-ci repose essentiellement sur l'adoption de bonnes pratiques culturales. A cet effet, il est recommandé aux producteurs de riz d'utiliser des semences saines et indemnes. Ils doivent également enlever et brûler toutes les pailles contaminées et penser à faire une rotation des cultures. On leur recommande en outre de n'appliquer que le niveau optimum d'engrais et d'éviter absolument des doses supérieures d'azote qui favorisent la contamination de la plante. Il est par ailleurs nécessaire de faire une bonne planification des semis de riz de sorte que les conditions météorologiques défavorables au bon développement des agents pathogènes coïncident avec les stades vulnérables de l'émergence du plant. Plusieurs adventices, comme Leersia sayanuka et Zizania latifoliasont des hôtes des protéobactéries Xanthomonas. Il est donc nécessaire de les supprimer avant la culture.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.