Lutte contre le charançon rouge du palmier

Article publié , mis à jour , dans Palmiers, Charançons.

Le charançon rouge du palmier ou Rhynchophorus ferrugineus est un ravageur des cultures de palmier, l'espèce Phoenix canariensis en particulier. Il est surnommé le « tueur de palmiers » et a été introduit en France à partir de palmiers importés. Ce charançon cause des dégâts internes très importants et les arbres fortement infestés peuvent perdre toutes leurs palmes avant de mourir plus tard du fait du pourrissement de leur tronc. Pour freiner ce ravageur, de nouvelles méthodes sont conseillées aux producteurs de palmiers.

Assainissement des palmiers atteints

Auparavant, on a préconisé la destruction de tous les palmiers infestés par le charançon rouge afin de freiner systématiquement ce redoutable ravageur. Mais cette méthode s'est avérée très décourageante pour les particuliers et les municipalités, acteurs clés dans la poursuite du travail de détection précoce des attaques du ravageur.

Désormais, plutôt que de détruire les palmiers atteints, il est conseillé de les assainir. Les opérations d'assainissement mécanique des palmiers se présentent comme une bonne alternative de remobilisation des propriétaires des palmiers qui pourront ainsi sauver leur patrimoine. Dans la pratique, il s'agira de se contenter d'éliminer mécaniquement les palmes affectées au tout début de l'attaque. Une fois qu'elles seront supprimées, le ravageur sera également détruit sous toutes ses formes sans que le stipe ni le bourgeon terminal du palmier ne soient touchés. La plante aura besoin ensuite de quelques mois pour récupérer.

Des auxiliaires pour contrer le charançon rouge

Pour mettre fin à la prolifération du charançon rouge, il est désormais possible d'introduire des organismes vivants sur les pieds de palmiers infestés. Par exemple, le nématode, un ver microscopique, attaque la larve du charançon rouge et entraine à 100% sa mort par septicémie.

Toujours pour cette forme de lutte, on peut intégrer dans les cultures de palmier le champignon pathogène Beauveria Bassiana qui est également actif contre les larves du charançon rouge. Un produit biologique a même été élaboré à partir des spores de ce champignon.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.