Ennemis et maladies des arbres à noyaux

Article publié , mis à jour , dans Maladies des arbres.

Les arbres √† noyaux sont, comme ceux √† p√©pins, expos√©s aux invasions du Puceron. Comme eux aussi ils ont √† redouter une esp√®ce de Tenthr√®de qui cause des d√©g√Ęts, dans quelques contr√©es de l'Allemagne, aux pruniers, aux abricotiers, et surtout aux p√™chers une Pyrale qui est parfois un fl√©au pour le prunier et le cerisier; diverses esp√®ces de Chenilles, Bombyx et autres. La Teigne du p√™cher vit dans les feuilles enroul√©es et les d√©vore √† l'int√©rieur.

L'Ortalide, sorte de mouche, pond dans les guignes, les bigarreaux et autres cerises douces, et sa larve s'y d√©veloppe. Les fruits du cerisier sont aussi particuli√®rement recherch√©s par certains oiseaux, surtout par le Moineau. Ce dernier n'est point facile √† √©loigner : il se rit des √©pouvantails et se familiarise promptement avec les mannequins. On dit qu'il craint les objets de couleur rouge, fils tendus, lambeaux d'√©toffe ou de papier, petits drapeaux flottants, etc. Quoi qu'il en soit, il est fort rus√© et s'effraye difficilement, ne s'enfuyant que pour revenir bient√īt. En r√©alit√©, il ne redoute gu√®re que les armes √† feu.

Le p√™cher, comme aussi le poirier et quelquefois la vigne en espalier, porte souvent, coll√©s √† ses branches, des insectes dont le corps est ovo√Įde et brun√Ętre ou blanch√Ętre. Ce sont les Kerm√®s, qui sucent la s√®ve √† travers l'√©piderme. A cause de la carapace qui les recouvre, ils sont fort peu sensibles √† l'effet des insecticides. Aussi, pour les d√©truire, faut-il les d√©tacher par des brossages √©nergiques ou des grattages au moyen d'une spatule, puis laver l'emplacement avec des insecticides, eau de tabac concentr√©e, lait de chaux, etc. Une infusion de quassia amara, m√©lang√©e √† une dissolution de savon noir, para√ģt donner de bons r√©sultats.

Les maladies des arbres à fruits à noyau sont assez nombreuses, surtout pour le pêcher.

Gomme

Cette affection est due √† des causes diverses qui nous √©chappent souvent. Un sol humide et les changements brusques de temp√©rature paraissent la favoriser. Elle appara√ģt souvent aussi apr√®s des coups, blessures ou meurtrissures. Un arbre fortement atteint de gomme perd les branches attaqu√©es et quelquefois m√™me p√©rit tout entier. Enlever jusqu'au vif les d√©p√īts qu'elle forme, les laver, puis les recouvrir de cire √† greffer.

Cloque

Elle appara√ģt exclusivement sur le p√™cher, apr√®s les variations subites de temp√©rature. Elle est due √† un champignon microscopique, et se manifeste par le boursouflement, la crispation des feuilles. Il faut enlever celles de ces derni√®res qui sont atteintes, en conservant une portion du p√©tiole. Le mieux est de pr√©venir cet accident, autant qu'on le peut, par l'emploi d'auvents.

Blanc

C'est encore un champignon qui cause cette affection. Il se développe sur les feuilles, les jeunes bourgeons et même les fruits du pêcher, qu'il empêche de grossir. On s'en débarrasse en saupoudrant de fleur de soufre les parties atteintes.

Le Blanc des Racines n'épargne pas plus les arbres à noyau que les espèces à pépins.

Grise

La Grise n'est pas √† proprement parler une maladie, mais un √©tat de souffrance d√©termin√© par la pr√©sence, sous les feuilles, d'une tr√®s grande quantit√© d'araign√©es microscopiques. Celles-ci dont la r√©union donne √† la feuille une apparence gris√Ętre, sucent la s√®ve; et, sous cette influence, la feuille se ŐÉcontourne et tombe.

La fleur de soufre est le rem√®de employ√© : on la projette √† la main ou avec un soufflet aussit√īt que l'affection se d√©clare. On op√®re par un beau temps, parce que c'est la chaleur du soleil qui am√®ne le d√©gagement du gaz sulfureux qui tue les parasites. Afin que la poudre adh√®re mieux aux feuilles, on prend quelquefois la pr√©caution de les bassiner l√©g√®rement, en ayant soin d'en mouiller la face inf√©rieure.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.