AGRONEO

La cloque du pêcher

Article publié , mis à jour . Par et .

La cloque du pêcher est une maladie cryptogamique qui affecte principalement le pêcher et l'amandier. Ce nom vient du fait que les feuilles infectées présentent des boursouflures. La cloque du pêcher est très répandue et peut causer d'importants dégâts si rien n'est est fait pour stopper son avancée.

Agent pathogène

Cette maladie est causée par un champignon ascomycète du nom de Taphrina deformans. Ce parasite produit des spores sur les feuilles infectées et celles-ci peuvent subsister sous les écailles des bourgeons durant toute une saison. Les spores du champignon s'infiltrent généralement dans les bourgeons foliaires pendant l'hiver, lorsque ces bourgeons sortent de leur dormance, gonflent et s'ouvrent. Il faut un minimum de 12,5 heures de pluie et une température de 16°C environ pour que l'infection se fasse.

Symptômes

Les feuilles et les jeunes pousses sont les plus attaquées par la maladie. Sur les feuilles, on remarque des boursouflures. Elles changent de couleur et prennent un aspect rouge ou vert pâle. On remarque aussi qu'elles se tordent, s'enroulent et deviennent épaisses au fur et à mesure que l'infection évolue. Les rameaux terminaux réagissent à l'infection en se dépérissant. Cette situation a un impact sur le développement des fruits sur lesquels on aperçoit une altération à la surface. La cloque du pêcher entraine à la longue une fragilisation entière de l'arbre et une perte fréquente de ses feuilles au printemps. Cela peut aboutir à sa mort quelques années après.

Facteurs de risque

C'est généralement lorsque le temps est froid et humide durant la croissance des feuilles que la prolifération de l'agent pathogène est effective.

Moyens de lutte

Dans la lutte contre la cloque du pêcher, l'accent doit être mis sur la prévention car les traitements curatifs ne donnent pas de bons résultats. Il est possible de choisir des variétés de pêcher résistantes à la maladie comme la variété « Bénédicte ». Aussi, il faut tout faire pour éviter que l'arbre soit exposé à la pluie durant les mois de janvier à mai. Un traitement avec de la bouillie bordelaise ou de la bouillie nantaise peut permettre d'éviter cette pathologie. Pour cela, l'application de ces produits doit se faire à la fin de l'automne quand toutes les feuilles sont tombées, ou avant l'ouverture des bourgeons, à la fin de l'hiver. Il est aussi recommandé de pulvériser de la décoction d'ail pure au tout début de la végétation, et le traitement doit avoir lieu tous les 3 jours pendant 9 jours seulement. On peut aussi pratiquer de bons gestes de culture comme entretenir régulièrement l'arbre en supprimant les fruits momifiés et les feuilles malades tombées à terre.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.