AGRONEO

Le myrobolan

Article publié , mis à jour . Par .

Le myrobolan est le fruit issu du prunier-cerise ou Prunus cerasifera, un arbre fruitier de la famille des Rosacées. Il fait donc partie du genre prunus qui regroupe plus de 400 espèces et ne doit pas être confondu au fruit desséché du badamier, le « myrobalan ».

C'est un petit fruit comestible de couleur rouge ou jaune, qui a l'aspect d'une prune et dont le goût est acidulé et sucré. Le myrobolan a un diamètre compris entre 2 et 3 cm et est plus gros qu'une cerise. Son arbre est un type de cerisier au port arrondi et aux fleurs blanches en coupe. Le Prunus cerasifera est en réalité un arbuste qui a une facilité d'intégration dans les jardins champêtres et les haies libres.

Consommation et autres utilisations

Avec le myrobolan, on peut réaliser diverses recettes culinaires comme les confitures. Mais son arbre est très recherché pour servir de porte-greffe à plusieurs plantes du genre Prunus. Dans ce rôle, il est aussi utile à d'autres espèces végétales. Toutefois, il faut savoir qu'il ne convient cependant pas à l'abricotier car le point de greffe entre les deux est assez fragile et montre une sensibilité au vent.

Culture

Pour mettre le myrobolan dans de bonnes conditions de culture, il faut qu'il soit exposé au soleil. En outre, même s'il est possible d'utiliser un sol ordinaire, il est préférable d'opter pour ceux qui sont riches, frais, profonds et bien drainés. Il faut savoir que cette plante est rustique et peut supporter les températures en dessous de -15°C.

Plantation

Le choix du site de plantation du myrobolan est important. Il est recommandé de planter ce type de prunier en isolé dans un parc et jardin ou plutôt dans des haies champêtres.

Entretien de la culture

Il est nécessaire de tailler le bois mort et les branches qui se croisent avant la reprise de la végétation. Ainsi, on ne conservera que les branches vigoureuses et un beau port sera constitué.

Lutte contre les ennemis

La plante peut être attaquée par diverses maladies cryptogamiques dont les plus fréquentes sont la criblure et la moniliose. Lorsque le Prunus cerasifera est atteint par la criblure, des tâches circulaires brunâtres se forment sur les feuilles tandis qu'on aperçoit de petites lésions au niveau des rameaux. Quant à la moniliose, elle entraîne un dessèchement des bouquets floraux. L'usage de la bouillie bordelaise peut permettre de lutter contre ces maladies.

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.