La bigarade

Article publié , mis à jour , dans Arbres fruitiers, Rutacées.

Appel√©e parfois orange am√®re, la bigarade est un fruit engendr√© par le bigaradier ou Citrus aurantium, un arbre de la famille des Rutac√©es. Il est dit qu'il se serait r√©pandu au tout d√©but de l'√®re chr√©tienne en Inde et aurait fait son entr√©e dans le sud de la France √† travers les croisades. La bigarade est surnomm√©e ¬ę orange de S√©ville ¬Ľ du fait de sa culture intensive pr√®s de S√©ville par les Maures.

Plus petit que l'orange douce, la bigarade a une peau rugueuse sur laquelle on aper√ßoit une teinte de jaune ou de vert. C'est un fruit √† chair acide, tr√®s am√®re, pas tr√®s juteuse et contenant un nombre √©lev√© de p√©pins. Le bigaradier se reconna√ģt par ses feuilles luisantes, persistantes et ovales. Certaines poss√®dent une √©pine au niveau de leur aisselle.

Consommation et utilisation

La bigarade est un fruit qui peut √™tre utilis√© pour faire du sirop, de la marmelade ou de la confiture. Les feuilles, les fleurs et les rameaux du bigaradier, en plus du fruit, ont aussi un grand int√©r√™t dans le domaine de la parfumerie. Concernant particuli√®rement les fleurs, on l'utilise dans l'√©laboration de l'essence de n√©roli qui entre dans la composition de plusieurs parfums. Avec les rameaux, on fabrique l'essence de petit grain bigarade, une huile essentielle qui contient de l'ac√©tate de linalyle. Le zeste de la bigarade permet d'obtenir l'essence d'orange am√®re indispensable dans la fabrication du Grand Marnier ou du triple sec. Le fruit est utilis√© √† Malte pour la fabrication d'un soda tandis que dans le sud-est de la France, on le mac√®re  pour √©laborer un ap√©ritif appel√© vin d'orange.

Culture

Les sols calcaires, sablonneux, humif√®res et bien drain√©s conviennent √† la culture de la bigarade. La plante conna√ģt en outre une bonne croissance dans du terreau sp√©cial agrumes. Il est n√©cessaire que la parcelle de culture soit bien expos√©e au soleil.

Plantation

On peut planter le bigaradier directement en pleine terre en mettant la motte dans un trou qui mesurera 100 cm dans tous les sens. Il est ensuite recommand√© de le couvrir d'un peu de terre √† environ 5 cm, ce qui permettra de fixer un point de greffe qui affleurera la terre sans  s'y enterrer. Il faut pr√©voir un tuteur pour soutenir la plante et faciliter l'enracinement. La plantation est aussi possible en pot et les sujets doivent √™tre rempot√©s tous les 3 ou 4 ans. Le bigaradier peut aussi √™tre cultiv√© par des semis - assez longs √† r√©aliser -, par marcottage et aussi par bouturage.

Entretien du bigaradier

Les plants cultiv√©s directement en pleine terre doivent √™tre prot√©g√©s durant l'hiver. Il est n√©cessaire de disposer pour cela d'un voile d'hivernage ou de faire un paillage √©pais. Les arrosages doivent √™tre abondants  en cas de temp√©ratures √©lev√©es, notamment √† l'automne lorsque les pots sont au jardin. Mais les apports en eau sont √† r√©duire en hiver. Il est possible de faire une taille vers la fin de l'hiver en retirant le bois mort et en coupant les rameaux qui se croisent √† leur base afin d'a√©rer le centre de la ramure. De l'engrais liquide sp√©cial agrumes est recommand√© pour la fertilisation.

Ennemis

Plusieurs parasites comme les mouches méditerranéennes des fruits, la mineuse des feuilles et les pucerons attaquent les cultures de bigarade et rendent les fruits de mauvaise qualité. On remarque aussi la survenue de maladies comme la fumagine, l'anthracnose, la tristeza et la gommose.

Récolte

C'est généralement du mois de novembre au mois de janvier, et rarement en mars, qu'arrive la période de récolte de la bigarade.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.