AGRONEO

La barbarée intermédiaire

Article publié , mis à jour . Par .

La barbarée intermédiaire est une plante adventice de la famille des Brassicacées. C'est une dicotylédone dénommée scientifiquement Barbarea nintermedia. Cette adventice est également connue sous les noms de « cassoulette jaune » et « herbe de la Sainte Barbe ».

Cette plante au stade de plantule présente des feuilles glabres et alternes disposées en rosette. Elle est de couleur vert foncé assez brillant. La taille moyenne des cotylédons varie entre 11 et 16 mm de longueur. Ils sont glabres et ont un long pétiole filiforme. Alternes, les deux premières feuilles possèdent un limbe ovale entier et arrondi, et elles sont hébergées par un long pétiole glabre. Les autres sont découpées et dentées, et leur extrémité a l'aspect d'un cœur. Toutes ces feuilles ont une saveur piquante, une indication qui est d'ailleurs la caractéristique principale de la barbarie intermédiaire. La tige de la plante adulte fait entre 30 et 80 cm de hauteur. Elle est anguleuse, dressée et parfois ramifiée à la base. On constate de profondes divisions au niveau des feuilles intérieures et celles supérieures sont sessiles et aussi divisées. Deux oreillettes ciliées permettent à ces feuilles d'enserrer la tige. Les fleurs sont de couleur jaune pâle et sont disposées en grappes étroites. Elles mesurent 5 à 6 mm. Les graines sont renfermées dans des siliques quasiment parallèles à la tige. Au niveau des semences, il faut savoir qu'elles sont vaguement cubiques et ont des excroissances à l'aspect de verrues.

Biologie

L'adventice barbarée intermédiaire peut être annuelle ou bisannuelle. Sa levée s'effectue généralement à l'automne, de septembre à novembre, et la germination se fait soit de janvier à février ou soit d'octobre à décembre. En ce qui concerne la première période de germination, elle s'étend souvent jusqu'en mars. Les températures situées entre 15 et 30°C sont propices à cette germination. Concernant la floraison, elle a lieu d'avril à juillet tandis que la fructification démarre de début juin jusqu'en aout. La profondeur optimale superficielle de levée de cette espèce est de 0,5 à 1,5 cm.

Habitat

Les lieux humides qui drainent bien sont préférés par la barbarée intermédiaire. Les levées de l'adventice sont également parfaites sur les sols alluvionnaires, frais, sableux et très riches en humus. Elle se signale en outre sur les terres argilo-limoneux et basiques ainsi que sur les terres argilo-calcaires, notamment dans le nord-est et le centre-est de la France. Dans les cultures en mode conventionnel, la barbarée intermédiaire cause de vrais soucis dans les cultures de colza en créant de réelles difficultés de désherbage. Cette espèce n'apparait pas dans les cultures faites en mode biologique.

Facteurs favorables

La barbarée intermédiaire était d'abord visible au niveau des bordures de champs et dans les fourrières, et s'est petit-à-petit installée dans les parcelles. Elle attaque particulièrement le colza à cause du fait que son cycle soit très proche de celui de cette plante. Depuis le début des années 90, son développement s'est fait de façon remarquable. Cette situation s'explique par l'inefficacité des herbicides appliqués dans les cultures du colza. L'adventice se développe également dans les jachères spontanées. Concernant l'impact des pratiques agricoles dans l'apparition de la barbarée intermédiaire, on note que le retour fréquent du colza au sein des rotations de culture, l'utilisation de semences fermières pas bien triées et la simplification du travail du sol sont des facteurs favorables au développement de cette espèce d'adventice.

Nuisibilité

La barbarée intermédiaire a un impact sur le rendement en exerçant une rude concurrence aux cultures d'hiver, particulièrement celles du colza. Cette concurrence se fait au moment de la levée et pendant la phase végétative de ces cultures. La barbarée intermédiaire crée une gène à la récolte en posant un gros problème au triage. Aussi, elle influence négativement la qualité des récoltes avec le taux élevé de glucosinolates mesuré dans ses graines.

Lutte

La progression de cette adventice peut être freinée si une bonne rotation des cultures est faite. Il est ainsi conseillé d'introduire des cultures de printemps ou d'été dans les cultures de colza ou d'augmenter l'intervalle de temps entre deux productions de colza. Le labour peut être appliqué mais son action est neutre. Il ne permet que de diluer le stock semencier de barbarie intermédiaire sur l'horizon travaillé. Dans la lutte contre cette adventice, il est possible de faire des déchaumages et faux-semis à l'automne. Il est bon dans ce cas d'attendre que les températures soient assez chaudes pour que les levées de la plante indésirables soient effectives. Le décalage de la date des semis est une technique incompatible avec les réalités culturales du colza et n'est donc pas une solution de lutte contre la barbarée intermédiaire.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.