AGRONEO

Plantes adventices, des plantes inattendues

Article publié , mis à jour . Par .

Les plantes adventices poussent et prolifèrent aux endroits où on ne souhaite pas les voir. Elles ne soient pas forcément de mauvaises herbes. Certaines plantes adventices peuvent être des herbes néfastes aux cultures tandis que d'autres peuvent plutôt être des plantes utiles mais devenues nuisibles parce que poussant dans des lieux où elles ne sont pas attendues. La notion de « plantes adventices » n'est pas un terme botanique en tant que tel mais plutôt une approche anthropocentrée. Le développement de ces plantes est souvent dû à une perturbation des écosystèmes.

Les plantes adventices sont de diverses natures. On trouve ainsi des plantes vivaces dont la reproduction se fait de façon végétative, et celles-ci peuvent rester en place pendant de nombreuses années. C'est le cas par exemple du liseron, du chiendent et du tussilage. Les adventices peuvent aussi être des plantes annuelles à reproduction très élevée. On peut évoquer en exemple le coquelicot, l'avoine, l'amarante et la véronique.

Lorsqu'on parle de plantes adventices, il est souvent question de repousses d'une culture précédente apparaissant sur une parcelle où une nouvelle plante est cultivée. Il y a par exemple des cas où on constate des repousses de céréales antérieurement cultivées sur une terre désormais dédiée à la culture du colza, ou encore des repousses de pomme de terre visibles dans des champs qui sont maintenant consacrés à la culture des céréales. Cette explication permet ainsi de comprendre que les plantes adventices peuvent être des plantes comestibles ou médicinales, et donc pas mauvaises réellement.

Nuisibilité

On considère les plantes adventices comme nuisibles et cela s'explique à plusieurs niveaux. Il y a d'abord la concurrence de l'espace qu'elles font à la plante cultivée. En effet, l'adventice va profiter de l'eau et des nutriments au détriment des vraies cultures. La nuisibilité des adventices se constate aussi en fin de culture. On se rend compte de la dépréciation des récoltes du fait de la présence des graines ou fragments des adventices qui influencent négativement sur la qualité des productions. Les adventices peuvent même être toxiques ou dégrader le goût des plantes cultivées.

Les plantes adventices entraînent aussi dans certains contextes une difficulté de ramassage des productions lors des récoltes. C'est le cas par exemple avec le gaillet qui empêche de bien ramasser les betteraves. Les graminées adventives entrainent souvent la verse des céréales et menacent ainsi les récoltes. Par ailleurs, les adventices créent une sorte de microclimat qui favorise le développement des bactéries, virus, champignons et plusieurs insectes.

Défense

La malherbologie est la science qui étudie les techniques pouvant permettre de lutter contre les plantes adventices. Il existe ainsi plusieurs méthodes à appliquer dans le cadre de cette lutte.

Le faux semis

Il impose un travail léger du sol afin de permettre la mise en place des graines en surface pour pouvoir ensuite les détruire par des moyens mécaniques ou chimiques.

Le semis direct sous couvert

Il s'agit d'installer un paillis formé par des plantes de couverture. Ce paillis permet de bloquer la levée des adventices.

La fertilisation localisée

Cette méthode consiste à fertiliser la plante cultivée au plus près, de sorte à lui donner un avantage sur les adventices. Et même si les plantes indésirables parviennent à lever, elles ne seront pas aussi vigoureuses que les plantes cultivées.

L'usage d'herbicides

Des herbicides peuvent être utilisés pour éliminer les adventices. Il faut cependant faire attention et bien identifier les herbes non voulues afin d'éviter de détruire les bonnes. On trouve aussi des désherbants totaux et des molécules spécifiques avec lesquels il est possible de désherber les parcelles avant les cultures.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.