AGRONEO

Se soigner avec le polygala (Polygala vulgaris)

Article publié , mis à jour . Par .

Le polygala est une plante herbacée vivace. La plante est, également, appelée le polygala commun, le polygala vulgaire, l'herbe à lait, le polygalon ou encore le laitier. Elle appartient à la famille botanique des polygalacées. Le nom scientifique latin du polygala est Polygala vulgaris. L'espèce croît dans les près, les pelouses, le long des lisières des bois, dans les prairies, les friches, les taillis, les lieux herbeux ou parmi les buissons et dans les hauteurs jusqu'à 2 200 mètres d'altitude. La période de floraison s'étend du mois d'avril au mois d'août.

Le polygala, mesurant 5 à 30 cm de hauteur, possède une racine grêle. Les tiges sont dressées ou ascendantes, ramifiées, glabres ou légèrement poilues (à poils recourbés). Les feuilles sont simples et alternes, lancéolées, ovales à elliptiques, avec un bord lisse et un sommet pointu. Les feuilles basales sont très étroites et ne forment pas de rosette. Les feuilles inférieures sont plus courtes et plus larges que les feuilles supérieures.

Mesurant entre 5 et 8 mm de long, les fleurs de couleur bleue, violette, rose ou blanche, sont disposées en grappes terminales comprenant 10 à 40 fleurs. Le calice est formé de 5 sépales libres allongés ou ovales. La corolle est formée de trois pétales. Le fruit est une capsule comprimée, ailée à deux loges ; la capsule est formée à partir des carpelles.

Le polygala est caractérisé par une saveur âcre, amère et nauséabonde. La récolte intervient au cours de la floraison. Il est fait usage de la racine.

Propriétés du Polygala

Le polygala est un excellent expectorant qui facilite l'évacuation des sécrétions des voies respiratoires. Avec une action favorable au niveau des bronches, il rend les sécrétions bronchiques plus liquides, donc plus faciles à expectorer grâce à ses actions fluidifiantes.

Ainsi, il accroit le taux de sécrétion de mucus, tout en le diluant. Aussi, il déploie des activités toniques au niveau des organes respiratoires, de l'estomac et des nerfs, stimulant, ainsi, le fonctionnement de ces organes.

La plante possède, également, des vertus sudorifiques (qui favorisent la transpiration), stomachiques (qui stimulent les fonctions digestives) et laxatives (qui favorisent l'évacuation des selles). Elle est caractérisée par des propriétés diurétiques qui accroissent la sécrétion urinaire. Dépurative au niveau du sang, elle favorise l'élimination des substances toxiques. C'est une plante anti-inflammatoire qui permet de combattre les inflammations.

Le polygala est préconisé pour soigner diverses affections pulmonaires et respiratoires, notamment, les bronchites aigües ou chroniques, la pneumonie, la grippe, la tuberculose pulmonaire, le catarrhe bronchique, la toux (grasse ou sèche), les sinusites, la pleurésie et l'asthme humide. Il est utilisé contre la coqueluche, les affections de la peau (eczéma, psoriasis), les rhumatismes, la paresse de l'estomac. Il est, également, efficace contre la constipation, la grippe, les inflammations de l'intestin ou de l'estomac, l'hyperacidité gastrique et l'indigestion.

Préparations du Polygala

Pour une infusion, l'on a recours à toute la plante dans une proportion de 30 à 60 g par litre d'eau, à raison de 2 ou 3 tasses par jour.

Pour une décoction, il convient d'utiliser la racine à hauteur de 100 g par litre d'eau ; la posologie consiste à absorber 3 à 4 tasses au cours de la journée.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.