AGRONEO

Se soigner avec le Noyer (Juglans regia)

Article publié , mis à jour . Par .

De sa dénomination scientifique et latine Juglans regia, le noyer est arbre fruitier caractérisé par un cycle végétatif vivace. Il porte également bien d’autres noms communs, notamment, le noyer royal, le noyer commun, le noyer cultivé ou encore le gauquier. Il appartient à la famille botanique des Juglandacées. Cultivé pour son bois ou pour ses fruits, le noyer affectionne les sols riches profonds et bien drainés, les sols sablonneux, les vallées abritées, les terrains frais et un peu humides, les coteaux et croît dans les prairies, les champs et en bordure des vergers. La floraison débute au mois d’avril et perdure jusqu’au mois de juin.

Les racines de cet arbre qui peut atteindre 25 mètres de hauteur, sont profondes, peu fibreuses, longues et fortes. Le tronc est droit avec un port aéré, arrondi avec peu de branches. Lisse et gris argenté, l’écorce est, au fil des années, marquée par des fissures et des crevasses longitudinales. Constituées de 7 à 11 folioles ovales, avec une bordure lisse, les feuilles sont alternes, composées, pennées, pétiolées et assez grandes (30 à 50 cm). D’un vert brunâtre, les fleurs mâles sont groupées en chatons allongés, les fleurs femelles sont de couleur jaune verdâtre, elles sont réunies par groupes de 2 ou 4, à l’extrémité des rameaux. Les fruits sont des drupes ovoïdes.

Les feuilles sont aromatiques ; elles sont caractérisées une odeur très forte, dégageant un parfum agréable lorsqu’elles sont froissées entre les doigts. Elles sont astringentes et amères. Il est fait usage des feuilles qui sont récoltées au début de l’été.

Propriétés médicinales du noyer

Le noyer est une plante tonique et astringente qui stimule l’organisme et resserre les pores de la peau, avec la capacité de contracter les muqueuses. Il stimule l’appétit grâce à sa propriété apéritive, avec par ailleurs, des actions laxatives qui facilitent l’évacuation des selles. Il possède des propriétés stomachiques (favorisant la digestion au niveau de l’estomac) et dépuratives (qui permettent de purifier le sang et d’éliminer les déchets de l’organisme par voie urinaire ou digestive).

On lui reconnaît des vertus hypotensives (réduisant l’hypertension artérielle) et hypoglycémiantes (qui réduisent le taux de glucose dans le sang). C’est un inflammatoire (qui réduit les inflammations), un antiseptique (permettant de lutter contre les microbes) qui déploie des actions antifongiques (qui permettent de lutter contre les champignons microscopiques).

Le noyer est utilisé contre les troubles gastriques et intestinaux, les diarrhées légères. C’est un remède contre les hémorroïdes, les troubles de la sudation et la transpiration excessive (hyperhidrose) des mains et des pieds. Il est utile en cas d’inflammations des muqueuses digestives, buccales, génitales, cutanées et celles des paupières. Il est, ainsi, efficace contre la gingivite, la glossite, les aphtes, les leucorrhées et la vaginite. On l’emploie contre les abcès, les brûlures légères, les piqûres d’insecte, les coups de soleil, les plaies, l’eczéma, l’acné, les ulcères cutanés et les psoriasis.

Préparations médicinales du noyer

Pour un usage interne, une infusion est faite avec deux cuillères à soupe de feuilles séchées pour un litre d’eau, à raison d’une ou deux tasses par jour. On administre une décoction de 10 g de feuilles fraîches par litre d’eau, à raison d’une tasse, deux fois par jour.

En usage externe, une décoction de feuilles, à base de deux poignées de feuilles pour un litre d’eau, est utilisée sous forme d’injections vaginales, de lavements, de compresses et de bains de bouche.

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.