AGRONEO

Se soigner avec la Fumeterre (Fumaria officinalis)

Article publié , mis à jour . Par .

La fumeterre est une plante herbacée annuelle. Elle est bien connue sous plusieurs noms populaires, entre autres, la fumeterre officinale, la fumée de terre, l’herbe à la veuve, le fiel de terre, le pied de géline ou l’herbe à la jaunisse. Elle appartient à la famille botanique des Fumariacées. Le nom scientifique de la plante est Fumaria officinalis. Elle croît au bord des chemins et des mers, sur les décombres, les terrains incultes, dans les champs, les terres cultivées, les vignobles, les jardins et dans les hauteurs jusqu’à 1 500 mètres d’altitude. Elle fleurit durant le mois de mai jusqu'au mois d’octobre.

La tige est fine, lisse, dressée ou diffuse, pleine de suc, très rameuse, avec une hauteur de 20 à 50 cm. D'un vert grisâtre, les feuilles sont très découpées en folioles dentelées, très fines, de forme triangulaire. Les petites fleurs, avec un coloris rose violacé ayant des pointes de couleur pourpre rose au sommet, sont disposées en épis. Le fruit est un akène de 3mm de long au maximum qui contient une graine oléagineuse.

La fumeterre est caractérisée par une saveur amère et une odeur herbacée, âcre. La dessiccation accroît la saveur amère de la plante. Il est fait usage de la partie aérienne fleurie (sans la racine) qui est récoltée quand les fleurs commencent à s’ouvrir. Pour une utilisation ultérieure, elle doit être séchée rapidement à l’ombre en bouquets ou en couche mince, puis conservée dans un endroit frais et sec, à l’abri de l’humidité, de la poussière et de la lumière.

Propriétés médicinales de la Fumeterre

La plante possède des vertus dépuratives favorisant l’élimination des toxines de l’organisme par l’intermédiaire du foie et des reins. Les activités cholagogues et cholérétiques stimulent la sécrétion et l’évacuation de la bile, tout en purifiant le foie. Elle déploie une action régulatrice au niveau de la cholérèse et de la fonction hépatobiliaire. Elle accroît la cholérèse lorsqu'elle est faible ou la réduit lorsqu’elle est élevée.

Par ailleurs, elle tonifie le foie et la vésicule biliaire. C’est une plante antiscorbutique (qui permet de combattre le scorbut), laxative (qui facilite l’évacuation des selles) et diurétique (qui accroît l’élimination de l’urine). Elle développe des activités émollientes avec un effet apaisant au niveau de la peau et des muqueuses enflammées. C’est un excellent apéritif qui stimule l’appétit. Les propriétés sudorifiques de la plante induisent la transpiration.

La fumeterre intervient dans le traitement des calculs biliaires, des spasmes biliaires douloureux, des dyskinésies biliaires et des troubles hépatiques. En modifiant la cholérèse, elle permet de prévenir la lithiase. Elle est efficace contre les digestions difficiles, la constipation, les nausées, les colopathies spasmodiques, les météorismes et la dyspepsie. Elle permet de soigner les affections de la peau, notamment, l’urticaire, le psoriasis, le prurigo et le lichen plan. La fumeterre s’avère utile en présence des migraines d’origine hépatique et des céphalées marquées par des troubles fonctionnels digestifs. Aussi, la fumeterre permet de soulager les symptômes de la conjonctivite.

Préparations médicinales de la Fumeterre

Pour un usage interne, en infusion, on utilise 30 à 60 grammes des feuilles et des tiges par litre d’eau, à raison de 2 ou 3 tasses par jour. Le sirop est concocté avec le suc dans une proportion de 60 à 80 g, un quart de litre d’eau et 100 à 150 g de sucre, le dosage consiste à absorber 3 cuillerées par jour.

Pour un usage externe, une décoction des tiges et des feuilles dans une proportion de 40 à 60 g peut être utilisée sous forme de lavement. Le suc peut être délayé avec un peu d’eau, en vue d’une application sur la peau, en présence d’une dartre, d’une gale ou d’un psoriasis.

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.