AGRONEO

Se soigner avec le laurier (Laurus nobilis)

Article publié , mis à jour . Par .

Le laurier est une plante vivace. On lui prête bien d’autres noms usuels, le laurier d'Apollon, le laurier ordinaire, le laurier sauce ou encore le laurier noble. Il appartient à la famille botanique des Lauracées. La plante a pour nom scientifique, Laurus nobilis. Elle croît dans les lieux secs et chauds, dans les sols profonds et riches en humus, les sols sablonneux, les sols drainés et fertiles, dans les coteaux et aux bords des ruisseaux. Elle est, aussi, cultivée à des fins ornementales ou condimentaires dans des jardins. La floraison intervient au cours de la période comprise entre les mois de mars et de mai.

Les racines sont ramifiées. Pouvant atteindre une hauteur de 8 mètres, la tige est grosse, ferme assez droite et ligneuse. D’un vert foncé, les feuilles, d’environ 10 cm de long, sont alternes, lancéolées, entières, assez fermes, avec une légère ondulation sur les bords. Elles sont d’un vert foncé brillant au-dessus et de couleur mate en dessous. Les fleurs jaunes ou blanches forment de petites ombelles ou des grappes à l’aisselle des feuilles. Les fruits qui ont la grosseur d’une petite cerise sont des baies globuleuses de couleur noire à maturité, de 1 à 1,5 cm de long.

Les baies sont odorantes, aromatiques, avec un goût amer. Il est fait usage des feuilles, des fleurs et des baies. Les feuilles sont aromatiques et très parfumées. Elles sont plus amères lorsqu’elles sont fraîches et les feuilles les plus anciennes sont plus parfumées que les plus jeunes. En séchant, elles ne perdent pas la saveur qui les caractérise. La récolte s’effectue toute l’année et la conservation se fait dans un endroit sec et aéré.

Propriétés médicinales du laurier

Le laurier est une plante tonique qui redonne du tonus aux organismes affaiblis. Il possède des vertus digestives qui facilitent la digestion, avec des activités carminatives (qui permettent de réduire les gaz intestinaux) et apéritives (qui stimulent l’appétit). Elle développe des activités antispasmodiques qui permettent d’apaiser les spasmes. C’est une plante antiseptique (détruisant les microbes qui provoquent les infections), antibactérienne (qui détruit les bactéries ou inhibe leur croissance) et antifongique (qui détruit les champignons et les levures). Le laurier présente, également, des propriétés expectorantes qui favorisent l’évacuation des sécrétions bronchiques et pharyngées. C’est une plante sudorifique qui fait transpirer.

Le laurier soulage les flatulences, les maux de dents, les ballonnements, les crampes abdominales, les douleurs rhumatismales et les inflammations cutanées (l’eczéma, l’acné, les furoncles et les dermatites). Il est efficace contre la dysenterie, la gastro-entérite, les toux bronchiques, la sinusite, les rhumes et les angines. C’est un excellent remède contre la grippe, la gingivite, les aphtes et les infections urinaires. Il permet de soigner les mycoses, les colites et les névralgies. Il apaise les contractures et les douleurs musculaires, les inflammations articulaires et les rhumatismes.

Préparations médicinales du laurier

En usage interne, pour une infusion, il convient d’avoir recours aux feuilles dans une proportion de 10 à 20 g pour une tasse d’eau chaude, à raison de deux ou trois tasses par jour après les repas. L’on utilise, pour faire une décoction, 20 g des feuilles pour un demi-litre d’eau, à raison de 2 ou 3 tasses par jour.

En usage externe, une décoction à base de 10 feuilles pour une tasse d’eau, peut être utilisée sous forme de compresses chaudes contre les névralgies. Pour une utilisation sous forme de lotions, l’on peut avoir recours à une décoction de 20 à 50 g de feuilles par litre d’eau.

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.