Phytothérapie, se soigner avec les plantes

Article publié , mis à jour , dans Documents.

La phytothérapie est la médecine orientée vers l'utilisation exclusive des plantes et des principes actifs naturels. Elle a longtemps été considérée comme une médecine traditionnelle non conventionnelle du fait de l'emploi, dans plusieurs pays en voie de développement, de plantes à des fins thérapeutiques sans forcement que celles-ci, au préalable, ne fassent l'objet d'études cliniques.

Aujourd'hui, la phytothérapie repose bel et bien sur les résultats de recherches scientifiques relatives aux extraits actifs des plantes, identifiés et standardisés. C'est une médecine légale car les médicaments pharmaceutiques ou phytomédicaments qu'elle permet de fabriquer circulent à partir d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits finis.

Reconnaissance officielle

En France, la phytothérapie a été reconnue en 1986 par le ministère de la Santé comme une médecine à part entière. Ainsi depuis ce temps, des professionnels de santé exercent pleinement dans cette discipline thérapeutique après avoir été formés dans l'enseignement public ou par des structures privées.

Principales élaborations thérapeutiques

On trouve plusieurs formes thérapeutiques en phytothérapie. Voici les plus courantes :

La tisane

La plante peut être utilisée fraiche ou sèche pour la fabrication d'une tisane. Et généralement, c'est une partie bien précise de celle-ci qui est exploitée. L'espèce peut être prise entière ou finement broyée dans un sachet-dose ou une infusette pour l'obtention de la tisane. Celle-ci est préparée par infusion, ce qui veut dire qu'on verse de l'eau chaude sur la plante. La tisane est bue généralement après filtration.

La préparation est également possible par macération, une méthode qui consiste à laisser la plante plus ou moins longtemps dans de l'eau froide. Dans le cadre d'une tisane, on peut aussi faire une décoction en disposant pendant un certain temps la plante dans une eau portée à ébullition.

Les poudres et les gélules

Dans la phytothérapie, on parvient à fabriquer des remèdes sous des formes plus modernes. Des poudres sont ainsi réalisées après broyage classique des plantes ou par cryobroyage. Les spécialistes de cette médecine indiquent que ces poudres représentent l'intégralité du végétal ou « totum ». Ensuite, c'est généralement à partir de ces poudres qu'on fabrique les gélules.

Les extraits hydroalcooliques

Appelés aussi alcoolatures, les extraits hydroalcooliques peuvent être sous forme pulvérulente comme les extraits secs, sous forme pâteuse dont les extraits mous, ou sous forme liquide tels que les extraits fluides et les teintures. Pour l'élaboration des extraits hydroalcooliques, la plante est broyée pour l'obtention d'une poudre qui sera ensuite traitée par un solvant, par simple contact ou par lixiviation. Pour se faire, on se sert d'eau ou d'alcool ou d'un mélange hydro-alcoolique généralement chaud. Cette extraction nécessite l'utilisation de plantes de très bonne qualité.

Phytothérapie et médecine moderne

Il n'y a véritablement pas un si grand écart entre la phytothérapie et la médecine moderne. En effet, la plupart des médicaments actuels élaborés par la médecine moderne est une reproduction de remèdes végétaux. En outre, la phytothérapie est utilisée en médecine moderne sur conseils de pharmaciens, d'infirmiers, de sages-femmes et plusieurs autres agents de santé. La différence notable entre les deux domaines est en réalité les préparations thérapeutiques à base chimique, synthétique ou génétique employées dans la médecine moderne.

Le succès de la phytothérapie

La phytothérapie connait un grand succès aujourd'hui car on considère leur avènement comme une façon de se tourner vers la nature. Les défenseurs de cette médecine trouvent que son action se fait en douceur mais surtout en profondeur et qu'elle permet de trouver une réponse idéale aux grandes maladies du siècle. On note aussi dans cette médecine l'atteinte d'un niveau élevé de maîtrise technique et scientifique. Aujourd'hui, les gens ont de plus en plus confiance au traitement par les plantes et ne doutent point de leur efficacité.

Limites de la phytothérapie

Tout n'est cependant pas rose dans le domaine de la phytothérapie où il a été noté des erreurs de fabrication. Dans les années 1990, une tisane amaigrissante a provoqué des insuffisances rénales majeurs et des cancers chez 110 personnes en Belgique. La raison : une erreur de traduction a fait utiliser une dangereuse plante de la famille des aristoloches à la place de celle habituellement employée pour la fabrication de la tisane.

Par ailleurs, il est préférable pour les patients de choisir exclusivement de suivre un traitement en phytothérapie et donc d'éviter dans le même temps les produits de la médecine moderne car les interactions médicamenteuses dans ce cas sont légion. Par exemple le millepertuis a un effet inducteur sur les enzymes intervenant dans le métabolisme des médicaments comme l'amprénavir et le ritonavir.

Cette plante inhibe également l'effet des contraceptifs ainsi que certains antidépresseurs. Il est ainsi nécessaire de signaler à un professionnel tout traitement suivi dans la médecine moderne avant l'administration de produits issus de la phytothérapie.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.