AGRONEO

Black rot (Guignardia bidwellii)

Article publié , mis à jour . Par .

Le black rot est une maladie cryptogamique originaire de l'Amérique du nord affectant particulièrement la vigne. Elle fit son apparition en Europe au XIXe siècle. Le black rot est engendrée par Guignardia bidwellii, un champignon qui vit comme un parasite au sein des tissus. On le trouve sous forme résistante en hiver. Les invasions primaires du champignon sont le fait d'ascospores et de pycnospores qui sont projetées au printemps par les pluies. La contamination des végétaux par le parasite est ainsi possible lorsqu'il y a circulation d'eau. Cet agent pathogène est actif à partir de 9°C et la durée de l'incubation, avant qu’apparaisse les premiers symptômes, peut s'étendre d'une à trois semaines.

Il faut assez de temps au black rot pour l'humectation, ce qui n'est pas le cas avec d'autres maladies cryptogamiques comme le mildiou. C'est pourquoi sa présence sur les vignobles est très localisée. Il faut aussi savoir que la période de sensibilité des feuilles est très brève. Ainsi, les attaques ne sont généralement pas importantes. Il faut tout de même s'en méfier car le black rot peut occasionner d'autres pathologies plus graves.

Symptômes

On aperçoit sur les feuilles des plantes atteintes de légères boursouflures qui prennent un aspect grisâtre. Ce sont des taches du genre « feuille morte » avec en bordure des lignes brunes et des petits points noirs brillants, appelés pycnides, situés en périphérie de ces taches. Les jeunes tiges des plantes sont rarement attaquées mais peuvent afficher des taches brunes étendues, avec également une présence de pycnides. Quant aux fruits, les attaques à ce niveau sont généralement tardives et on s'en rend compte à la vue de taches rondes livides, de brunissement des parties atteintes, de dessèchement et de momification à certains endroits. La surface des fruits peut en outre être recouverte de pustules qui sont soit des pycnides ou des périthèces.

Moyens de lutte

Cette maladie est présentement en pleine recrudescence du fait principalement du changement des techniques culturales. Toutefois, il faut rester vigilant et protéger les vignobles contre la pathologie. Il existe ainsi des mesures préventives comme la suppression des vignes abandonnées et le nettoyage strict du matériel de vendanges dont les sécateurs et les caissettes. Il y a aussi des fongicides à action préventive composés de produits anti-mildiou comme les élaborations à base de dithiocarbamates. On peut plutôt privilégier des fongicides à action préventive et curative comme les strobilurines, avec une préférence pour l'Azoxystrobine et la Trifloxystrobine qui peuvent avoir un bon effet inhibiteur sur l'évolution de l'agent pathogène.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.