La tenthrède

Article publié , mis à jour , dans Parasites agricoles, Chenilles.

La tenthrède est un insecte volant qui présente des similitudes avec plusieurs autres insectes, notamment la guêpe. Seulement, elle est dépourvue d'un étranglement de la taille entre le thorax et l'abdomen. Sa ressemblance avec la mouche lui vaut le qualificatif de « mouche à scie », car la femelle dispose d'un organe de ponte acérée, semblable à une scie. Au stade larvaire, la chenille de la tenthrède, également appelé « fausse chenille », ressemble à celle du papillon. Ses larves voraces sont particulièrement destructrices et constituent une menace pour plusieurs espèces de plantes.

La tenthrède est un insecte hyménoptère qui mesure entre 2 et 10 mm de longueur, avec une pièce buccale de type broyeur et des antennes constituées de 7 à 10 segments. Elle se distingue également par des pattes jaunes et des ailes de couleur grise et fumée. Généralement de couleur noire, elle ne possède pas un rétrécissement intermédiaire entre le thorax noir et l'abdomen jaune ou de couleur orangée. Au niveau de la queue, la femelle dispose d'un appendice ovipositeur qui a la forme d'une minuscule scie.
A l'état de larve, avec une longueur oscillant entre 10 et 35 mm, elle est caractérisée par une couleur jaune pâle à orange, par 3 paires de vraies pattes et 5 paires de fausses pattes.
Il existe plusieurs espèces de tenthrèdes qui ont un nom associé à l'espèce végétale qu'elles parasitent. On distingue ainsi la tenthrède du cornouiller, la tenthrède du rosier, la tenthrède sorbier ainsi que la tenthrède du saule, du mélèze, de l'oseille, etc.

Ravages

Les arbres feuillus, les arbres fruitiers, les légumes et les plantes ornementales sont, entre autres, les espèces végétales fréquemment attaquées par les larves des tenthrèdes qui peuvent les ravager complètement. Elles vivent généralement en colonie sur les feuilles qui constituent une source de nourriture. Elles dévorent et déforment ainsi le feuillage avec pour conséquence une défoliation de l'arbre. Cette défoliation modérées ou graves peut entrainer une perturbation de l'activité photosynthétique, un ralentissement de la croissance végétale ou un affaiblissement de l'arbre. Avec la sévérité des attaques, le feuillage devient clairsemé, les branches meurent les unes après les autres et l'arbre peut dépérir.
La présence des fausses chenilles est également manifeste avec la formation de galle sur les feuilles. Ces larves performent également les tiges, les pétioles des feuilles, la moelle des jeunes pousses et minent par ailleurs les bourgeons.

Lutte contre la tenthrède

Pour éviter la contamination des plants sains, les outils agricoles préalablement en contact avec les plants infestés doivent être toujours désinfectés. Lorsque les attaques sont mineures, sur quelques feuilles ou plants isolés, il est possible de se débarrasser avec la main ou de détruire les colonies de larves.
La pullulation de ces larves peut être grandement limitée par l'action des prédateurs naturels de la tenthrède, à savoir des fourmis, des musaraignes, des campagnols, des araignées qui détruisent les cocons de cet insecte volant. Bien d'autres insectes appartenant à la famille des coléoptères, en l'occurrence les carabidés et des élatéridés, sont également des prédateurs qui permettent de lutter contre la tenthrède.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.