AGRONEO

L'oïdium

Article publié , mis à jour .

L'oïdium et une maladie cryptogamique survenant sur plusieurs plantes cultivées et causée par une grande variété de champignons. La plupart de ces parasites appartiennent à la famille des Erysiphacées. On l'appelle aussi « maladie du blanc ».

Formes et agents pathogènes

On trouve plusieurs formes d'oïdium et dans chaque cas, il y a un champignon spécifique en cause. Il y a par exemple l'oïdium de la vigne dont l'agent responsable est Erysiphe necator , l'oïdium du pois engendré par Erysiphe polygoni et l'oïdium du chêne qui met en cause Erysiphe alphitoides. Mais il n'y a pas que des champignons de la famille des Erysiphacées qui sont impliqués dans les formes d'oïdium. On trouve en effet des parasites du genre Podosphaera comme Podosphaera fusca qui est responsable de l'oïdium du concombre, Podosphaera leucotricha l'agent pathogène de l'oïdium du pommier et Podosphaera aphanis à la base de l'oïdium du fraisier. Il y a bien des cas où le champignon responsable n'est ni du genre Podosphaera, ni de la famille des Erysiphacées. C'est le cas avec l'oïdium des céréales, engendré par Blumeria araminis, et l'oïdium de la tomate dont le responsable est Leveillula taurica.

Terrain favorable aux agents pathogènes

Ces parasites se développent idéalement lorsque le temps est sec, sous réserve d'une humidité moyenne de 70% à 80%, ce qui n'est pas le cas avec les agents pathogènes responsables de maladies comme le mildiou, la tavelure et la rouille. Ainsi, c'est pendant le mois de mai que les attaques d'oïdium sont fréquentes. Le risque est important lorsqu'il y a de gros écarts de température entre le jour et la nuit.

Symptômes généraux

Même s'il existe plusieurs types d'oïdium et que la manifestation de la maladie chez une plante n'est pas toujours pareille chez une autre, il y a tout de même des symptômes quasiment visibles chez toutes les espèces. En effet, l'attaque commence toujours par l‘apparition d'un feutrage qui ressemble à une poudre. Il est principalement de couleur blanc mais tend parfois vers le blanc-grisâtre. Son aspect est farineux. Ce feutrage se remarque à la surface des feuilles et des tiges, et souvent au niveau des fruits et des fleurs. La maladie peut entrainer une déformation des feuilles qui peut par la suite se boursoufler.

Lutte contre l'oïdium

Il existe des traitements naturels pour venir à bout des différentes formes d'oïdium. Il est possible par exemple d'utiliser du purin de prêle contenant de la silice ou une infusion d'ail avec du lait pour traiter les plantes atteintes. Ce remède a l'avantage d'être naturel et donc préserve la fertilité des sols. Toutefois, son application doit se faire dès que se présentent les premiers symptômes. Les infusions de soufre sont utiles, notamment en serre. Pour freiner la propagation du champignon, il faut vite supprimer les parties atteintes et les brûler. Il est aussi conseillé de nettoyer régulièrement autour des plantations.

Des produits fongicides du genre myclobutanil peuvent permettre d'obtenir de bons résultats. Avec du bicarbonate de soude ou de potassium, les cas d'oïdium peuvent être traités. Pour limiter la survenue de cette pathologie, les plants de culture doivent être espacés suffisamment et les arrosages sont à éviter lorsqu'il fait chaud.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.