AGRONEO

Solutions contre le doryphore de la pomme de terre

Article publié , mis à jour . Par et .

Le doryphore (Leptinotarsa decemlineata) commun jaune à rayures noires, insecte très familier pour les jardiniers amateurs, est le plus grand ravageur de la pomme de terre. Le scarabée rayé et sa larve rouge tachetée de noir, se nourrissent tous deux de feuilles de pommes de terre. Leur dommage peut réduire considérablement le rendement et même tuer les plantes. En plus de la pomme de terre, le doryphore peut s'attaquer à la tomate, à l'aubergine et au poivron.

Le doryphore est connu pour sa capacité à développer rapidement une résistance aux insecticides utilisés de façon répétée. Avec un nombre limité d'insecticides disponibles, certains agriculteurs sentent qu'ils ont épuisé leurs options de contrôle quand il devient résistant à un ou plusieurs insecticides.

Gestion de la résistance

Les insecticides appartenant à la même classe chimique ont généralement le même mode d'action. La résistance à un insecticide se développe plus rapidement lorsque cet insecticide est utilisé à plusieurs reprises sur le même ravageur. L'utilisation excessive d'un insecticide peut favoriser le développement de résistance contre d'autres insecticides de la même classe chimique. Par conséquent, pour retarder ou prévenir la résistance, il est important de changer fréquemment d'insecticide.

Bacillius thuringiensis var tenebrionis (Bt) est efficace contre les petites larves (moins de 1 /4 de pouce) et devrait être appliqué à l'éclosion des œufs ou quand les larves apparaissent. Un traitement trop précoce avant l'éclosion des œufs peut être inefficace. Les extraits de graine de margousier, empêchent également les larves de se développer normalement.

Les doryphores sortant de l'hibernation sont attirés par les champs sur une période de plusieurs semaines. Une pulvérisation trop précoce ne pourra contrôler qu'une partie de ces coléoptères. Toutefois, attendre que les larves soient pleinement développées augmente également les risques d'échec. Les petites larves sont beaucoup plus faciles à contrôler avec un insecticide que les grandes. L'utilisation de la quantité correcte d'insecticide, ainsi que l'obtention d'une couverture complète des plantes sont importants.

Méthodes alternatives de lutte

Les insecticides ne doivent être utilisés qu'en cas de besoin. Les plantes de pomme de terre peuvent résister à la défoliation sans perte de rendement. Les plantes peuvent perdre 30% de leur feuillage sans perte de rendement. En général, les insecticides ne doivent être appliqués, à moins qu'il y ait en moyenne plus d'un scarabée ou larve par plante. En outre, certains auxiliaires bénéfiques tels que les oiseaux, les punaises prédatrices, et les mouches parasites aideront à réduire quelque peu le nombre de doryphores.

D'autres mesures de contrôle non chimique tel que la cueillette manuelle des insectes adultes et des larves sont encouragées, car cela aidera à retarder le développement de résistance. La cueillette à la main peut être particulièrement efficace pour réduire le nombre de doryphores se préparant à hiberner. La résistance du doryphore de la pomme de terre aux insecticides doit être gérée à partir d'expérimentations au champ. Même si les doryphores sont résistants à un insecticide dans un endroit particulier, ceux des autres régions dans le même comté peuvent ne pas avoir développé une résistance à l'insecticide concerné.

Doryphora 30 CH, une solution homéopathique

Equivalent à la D8 de Maria Thun, Doryphora 30 CH est efficace pour lutter contre les doryphores adultes et leurs larves. Cette formule est disponible en pharmacie homéopathique. Le mode d'emploi est très simple et nécessite d'être strictement respecté afin d'obtenir les résultats escomptés. Une première préparation s'obtient en en dissolvant exactement 5 granules dans un litre d'eau.

S'ensuit une phase de dynamisation qui consiste à agiter pendant 60 secondes le contenant (un pot bien fermé qui contient le mélange). Après quoi, il faudra procéder à une seconde dilution : la solution doit être mélangée à dix litres d'eau. C'est ce dernier produit obtenu qui doit être pulvérisé sur les pieds de pommes de terre et l'environnement immédiat afin d'enrayer complètement toute attaque de doryphores sur les pommes de terre et les autres plantes de la famille des solanacées.

Il convient de traiter le jardin avant même de constater l'apparition du joli petit insecte. Il faut le faire dès l'apparition des deux premières feuilles sur chaque pied de pommes de terre. La consigne est de pulvériser pendant trois jours successifs, le matin de préférence. Pour les jardiniers retardataires qui constatent déjà la présence de doryphores (à l'état adulte ou larvaire), le recours à Doryphora 30 CH permet également de limiter les dégâts en chassant ces indésirables.

Planter du Lin

La solution la plus écologique reste la plantation de fleurs de Lin (Linum usitatissimum) entre chaque rang de pomme de terre. Le lin, dont on extrait la fameuse fibre textile du même nom, a pour effet de faire fuir les doryphores.

Il faudra toutefois planter le lin en prévention d'une attaque de doryphores car le temps qu'ils poussent vos plantations de pommes de terre seront décimées. Embellir votre jardin de ces petites fleurs bleues ne pourra que vous apporter la satisfaction d'une lutte écologique et de jolies petites fleurs bleues.

Svp, notez l'article
Directeur de publication: Laurent PAGE, email:laurent@page.live, téléphone:+262 262 92 66 38, site:

Poser une question

Vous pouvez poser une question de façon anonyme. Si vous décidez de vous connecter ultérieurement cette question vous sera attribuée automatiquement.

Questions