Partenariats GAEC-AMAP

Article publié , mis à jour , dans GAEC.

Les groupements agricoles d'exploitation en commun (GAEC) sont, avant tout, des entreprises qui ont besoin de faire du chiffre d'affaires afin d'assurer leur pérennité. Mais, en restant fidèles à l'agriculture paysanne, ils se trouvent confrontées à la question cruciale de leur rentabilité, étant entendu qu'ils n'entrent pas vraiment dans les canevas des productions préconisées et escomptées par l'industrie agro-alimentaire.

Face aux fluctuations inattendues des prix d'achat de leurs produits (céréales, lait, viande, légumes et fruits), ces sociétés d'exploitants agricoles trouvent une vraie bouffée d'oxygène auprès de regroupements de consommateurs de proximité que sont les AMAP (Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne). Un GAEC peut ainsi se lier à plusieurs associations de consommateurs. Ce qui permet à ses membres de se concentrer sur leurs activités respectives et même de procéder sur leurs fermes à quelques diversifications et transformations (pains, fromages, tommes, jus de fruits …).

Bases d'un partenariat gagnant

Soucieux de manger des aliments frais, sains et produits dans le respect de l'environnement et des animaux, les « amapiens » n'hésitent pas à s'engager dans des partenariats solidaires avec des fermiers établis non loin de chez eux. Outre l'apport financier qui se traduit par le paiement d'avance des produits à livrer, les consommateurs sont disposés à prêter main forte aux GAEC en cas de sinistres. Ainsi, au delà du financement, les producteurs peuvent solliciter et obtenir des soutiens d'appoint. Même les échecs de production sont supportés par tous dans le cadre de ce soutien au monde paysan. Un lien social fort se crée entre producteurs et consommateurs.

Dans la pratique, un contrat est signé entre les GAEC et chaque AMAP à la quelle ils livrent une partie ou la totalité de leurs productions. Les agriculteurs s'engagent à respecter la charte des AMAP et à livrer périodiquement des aliments frais sous forme de « paniers ». C'est la contrepartie des montants qui leur sont versés par avance ! A noter qu'ils ont la liberté de vendre leurs surplus de production sur les marchés ou auprès d'autres consommateurs.

Distribution de paniers

Avec les circuits courts, les producteurs prennent la pleine mesure de leur responsabilité, celle de nourrir des consommateurs de proximité. La distribution peut s'effectuer aussi bien à la ferme que dans un autre lieu choisi par l'association des consommateurs. Toujours est-il que les producteurs acheminent les aliments au lieu de distribution. Chaque consommateur y effectue le déplacement pour récupérer son panier. Il peut éventuellement se faire remplacer par une personne de son choix. Mais en cas d'absence, il n'y a pas remplacement, ni remboursement.

Le panier distribué peut être constitué d'un ou de divers types de produits agricoles livrés par pièces ou selon la masse. En plus des légumes, des fruits et des produits laitiers, le panier peut contenir du pain réalisé dans la pure tradition boulangère, de la viande porcine ou bovine. Dans plusieurs cas, les GAEC fournissent aussi des œufs, du miel et des fleurs. Le prix du panier est déterminé de façon équitable par les producteurs et leurs partenaires consommateurs.

Poser une question

Vous n'êtes pas connecté. Vous pouvez quand même poster une question, elle vous sera attribuée si vous décidez de vous connecter ultérieurement.